Sarlat à la pointe de l'e-tourisme

La commune expérimente un système de "flashcodes" donnant accès à des informations sur les principaux sites de la ville

La cathédrale de Sarlat
La cathédrale de Sarlat (© France 3 Aquitaine)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

La commune expérimente un système de "flashcodes" donnant accès à des informations sur les principaux sites de la villeLa commune expérimente un système de "flashcodes" donnant accès à des informations sur les principaux sites de la ville

Pour les touristes, le principe est simple. Ceux dont l'abonnement téléphonique comprend un accès à internet photographient avec leur mobile des pictogrammes situés à l'entrée de certains bâtiments et accèdent ainsi à une série de données.

Au total, Sarlat a déployé depuis fin août une cinquantaine de "flashcodes" en partenariat avec Orange.

Concrètement, il s'agit de pictogrammes en deux dimensions constitués d'un assemblage de carrés noirs et blancs présentés comme "la nouvelle génération de code-barres" par Julien Anselme, directeur de projets innovants chez Orange. "C'est la première fois qu'un opérateur se lance sur un projet "flashcode" dans le domaine de l'e-tourisme".

L'objectif est "d'améliorer l'accès à l'information, dans une ville où l'on ne peut pas démultiplier la signalétique", ajoute l'adjoint au maire de cette cité médiévale accueillant "1,5 à 2 millions de touristes par an".

Pour l'heure, l'offre est limitée aux monuments historiques et à la langue française - notamment en raison du coût de l'utilisation d'un mobile à l'étranger - mais Sofiane Rouissi envisage de l'étendre "à la vie pratique", en développant par exemple l'accès "à des horaires d'ouverture de services publics, à des agendas culturels, etc."

Selon l'opérateur, d'autres collectivités seraient intéressées par l'utilisation de ce procédé technologique, déjà répandu en Asie ou aux Etats-Unis.

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.