Cet article date de plus de dix ans.

Pour NKM, la place du nucléaire en France n'est "pas négociable"

La ministre de l'Ecologie a redit son soutien à la filière nucléaire, qui représente 70% de la production énergique en France.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La ministre de l'Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet face au ministre chargé des relations avec le Parlement Patrick Ollier, le 26 octobre 2011 à Paris. (PATRICK KOVARIK / AFP)

Le gouvernement réaffirme son soutien à la filière nucléaire. La ministre de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, a affirmé sur Euorpe 1 dimanche 30 octobre que la part du nucléaire dans la production énergétique de la France n'avait "pas à se négocier". Cette question de la sortie nucléaire a été relancée par la catastrophe de Fukushima, au Japon, et fait actuellement l'objet de négociations entre le Parti socialiste et les Verts dans la perspective d'un accord autour de l'élection présidentielle de 2012 en France.

"Je crois que le nucléaire fera encore partie du bouquet énergétique pendant des décennies au niveau mondial", a-t-elle dit. "La France, qui a un haut niveau d'exigence en matière de sécurité et de sûreté nucléaire, est investie là-dedans et c'est bien qu'elle le reste".

La France, dont plus 70% de la production d'énergie dépend du nucléaire, a évoqué pour la première fois en juillet dernier, par la voix du ministre de l'Industrie Eric Besson, l'hypothèse d'un scénario de sortie du nucléaire à l'horizon 2040-2050. Il avait toutefois précisé que ce scénario n'était pas celui qu'il privilégiait à ce stade.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.