Plus de 15 000 scientifiques lancent un appel à agir pour protéger la planète

Vingt-cinq ans après une première mise en garde, plus de 15 000 scientifiques de 184 pays lancent un avertissement face aux risques de déstabilisation de la planète, faute d'actions pour préserver l'environnement et les écosystèmes.

Les rues de New Delhi plongées dans une brume de pollution, le 13 novembre 2017, en Inde.
Les rues de New Delhi plongées dans une brume de pollution, le 13 novembre 2017, en Inde. (SAJJAD HUSSAIN / AFP)

En 1992, l'ONG Union of Concerned Scientists publiait "l'avertissement des scientifiques du monde à l'humanité". Les  1 700 scientifiques cosignataires lançaient une mise en garde : l'impact des activités de l'homme sur la nature allait probablement aboutir "à de grandes souffrances humaines" et à "mutiler la planète de manière irrémédiable"

Un quart de siècle plus tard, plus de 15 000 scientifiques de 184 pays émettent un "deuxième avertissement". Cette tribune est publiée par la revue BioScience et reprise par Le Monde lundi 13 novembre, en pleine COP23.

"Bientôt, il sera trop tard"

Disponibilité de l'eau potable, déforestation, baisse du nombre de mammifères, émissions de gaz à effet de serre... Tous les voyants sont dans le rouge, écrivent ces chercheurs. "L'humanité ne fait pas ce qui devrait être entrepris de manière urgente pour sauvegarder la biosphère menacée, jugent-ils. Bientôt, il sera trop tard pour inverser cette tendance dangereuse."

Ces scientifiques estiment toutefois qu'il est encore possible d'inverser ces tendances pour permettre aux écosystèmes de retrouver leur durabilité. Parmi les mesures recommandées, ils suggèrent la création d'un plus grand nombre de réserves naturelles et un renforcement des lois contre le braconnage. Les auteurs de la tribune plaident aussi pour des mesures encourageant un régime alimentaire davantage à base de plantes et l'adoption à grande échelle des énergies renouvelables et d'autres technologies vertes.