Environnement : quand des arrêtés préfectoraux font disparaître des cours d'eau

Dans certains départements, les préfectures ont pris des arrêtés où des cours d'eau ont disparu. Pour les militants écologistes, il s'agit ici de faciliter l'épandage de pesticides.

France 3
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Mais où se cachent les cours d'eau ? Dans le Gard, 30% des rivières ont disparu des cartes de la préfecture. Le souci, c'est qu'en leur absence l'épandage de pesticides sur les cultures agricoles est rendu légal. Les militants écologistes dénoncent ces disparitions. Au sud de Nîmes (Gard), un petit cours d'eau entre les champs est répertorié par les cartes IGN, mais pas par celles de la préfecture. "Le préfet, lui-même, reconnait qu'ici il y a un cours d'eau, mais quand il s'agit de réglementer l'usage des pesticides, il oublie la présence de ce cours d'eau et il autorise les agriculteurs à venir épandre à proximité", déplore Olivier Gourbinot, de l'ONG France Nature Environnement.

"La loi s'applique"

Interrogé, le préfet du département, Didier Lauga, se défend de ces oublis. "Il n'y a pas eu de volonté d'écarter certains cours d'eau. Vous savez, on a des instructions de niveau national, il y a des lois qui existent sur la protection des cours d'eau, certes le préfet doit trouver comment faire coïncider les intérêts locaux, mais pas au détriment de la loi. La loi s'applique bien entendu."

Le JT
Les autres sujets du JT

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.

Dans certains départements, les préfectures ont pris des arrêtés où des cours d\'eau ont disparu. Pour les militants écologistes, il s\'agit ici de faciliter l\'épandage de pesticides.
Dans certains départements, les préfectures ont pris des arrêtés où des cours d'eau ont disparu. Pour les militants écologistes, il s'agit ici de faciliter l'épandage de pesticides. (France 3)