Antilles : le chlordécone, le poison des bananeraies, a infesté les sols

Le pesticide utilisé en masse dans les années 1990, alors qu'il était interdit aux États-Unis, a complètement empoisonné les Antilles françaises.

FRANCE 2
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Le chlordécone a durablement contaminé les terres de Guadeloupe. Un rapport rendu mardi 10 septembre fait état d'une dégradation généralisée des nappes souterraines, des rivières et de la mer. Le pesticide a été utilisé en grande quantité, dans les années 1990. Sa présence augmente les risques de cancer et de naissances prématurées. Interdit aux États-Unis, il a été largement utilisé dans les bananeraies des Antilles.

L'État responsable

Ainsi, 9 Antillais sur 10 en ont encore des traces dans leur sang. "L'État doit prendre sa part de responsabilité dans cette pollution, et doit avancer dans le chemin de la réparation", avait déclaré en 2018 Emmanuel Macron, reconnaissant la responsabilité de l'État. Le risque pour la santé était connu, mais la France a autorisé son utilisation. "Je pensais que c'était la norme, c'était recommandé", explique un producteur.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des bananeraies ravagées par le passage de l\'ouragan Maria à Moravie, en Guadeloupe, le 22 septembre 2017.
Des bananeraies ravagées par le passage de l'ouragan Maria à Moravie, en Guadeloupe, le 22 septembre 2017. (HELENE VALENZUELA / AFP)