Cet article date de plus de huit ans.

Pékin à l'heure de sa première "alerte rouge" à la pollution

Les habitants de Pékin, prévenus lundi, ont reçu la consigne de rester chez eux mardi, à cause d’un pic de pollution censé s’atténuer jeudi avec l’arrivée du froid et du vent.
Article rédigé par Philippe Reltien
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (La capitale chinoise vit ce mardi sa première alerte maximale à la pollution © Reuters / Damir Sagolj)

La capitale chinoise a lancé lundi sa toute première "alerte rouge" à la pollution atmosphérique. Les habitants ont reçu une série de consignes pour affronter un smog épais. Les mesures, applicables de mardi à jeudi, sont lancées en plein COP21, la conférence sur le climat du Bourget.

Circulation alternée

L'alerte rouge, inédite à Pékin, a été diffusée après plusieurs journées de très forte pollution. La semaine dernière, la pollution était même quatre fois plus grave qu’aujourd’hui. La vie pékinoise ne s'est donc pas arrêtée, elle semble juste ralentie. Le bon baromètre, ce sont les parcs et leur fréquentation. Les habitués de la gymnastique ne viennent pas quand l’air devient irrespirable. Ce mardi matin, il y avait effectivement moins de monde. Les commissaires de quartier avaient reçu la consigne de faire évacuer les parcs. 

Le conseil du confinement lancé aux habitants par la municipalité s'accompagne d'autres mesures. Les écoles primaires et les collèges sont fermés, les chantiers doivent s'arrêter et la circulation alternée est appliquée. Les périphériques extérieurs sont donc contrôlés et 30% du parc des véhicules officiels restent au garage.

"Les voitures et les camions dans le centre de Pékin comptent pour un quart de la pollution" : le reportage de Philippe Reltien dans la capitale chinoise

A la COP21, le climat plutôt que la pollution

L'alerte rouge lancée à Pékin intervient alors que la conférence internationale sur le climat aborde sa dernière ligne droite au Bourget, près de Paris. La Chine est présente sur le site de la COP21, qui s'est d'ailleurs ouverte le 30 novembre dernier sur une alerte orange lancée par les autorités pékinoises. L'alerte, cette fois maximale, n'est pas spécialement commentée par les représentants officiels chinois. Ils préfèrent mettre en avant les solutions chinoises pour le climat.

Le pavillon de la Chine au Bourget met l'accent sur les solutions pour le climat : les explications d'Anne-Laure Barral
 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.