Cet article date de plus de dix ans.

Manifestation autour du cargo TK Bremen échoué en Bretagne

Au pied du cargo maltais TK Bremen planté au milieu d'une plage morbihannaise, beaucoup de curieux et 300 manifestants protestant contre les "arma-tueurs".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Mickaël Roparz Radio France)

Alors que les travaux de pompage se poursuivent pour empêcher le fioul du cargo échoué de se répandre et de polluer le rivage et surtout les parcs à huîtres environnants, plusieurs centaines de personnes  sont venues manifester aux abords du bâtiment, sur la plage d'Erdeven. Une manifestation à l'appel de surfeurs locaux, d'habitants et d'ostréiculteurs, bloquée à une centaine de ètres du navire par un cordon de gendarmes. Un protestataire qui a tenté de forcer le barrage a été interpellé.

Les manifestants, comme l'association écologiste Robin des Bois, estiment que le cargo qui s'est échoué ce vendredi matin, n'aurait pas dû être autorisé par la capitainerie à quitter le port de Lorient, en vertu de l'article R304-11 du Code des ports maritimes. Au vu de la tempête qui s'annonçait. Au vu également de l'ancienneté du navire, 30 ans au compteur, "l'âge de la démolition ", affirme Robin des Bois.

La démolition désormais est inévitable. Un chantier qui inquiète l'association puisqu'il devrait se tenir sur place "en lisière du cordon dunaire, à quelques mètres d'espèces végétales protégées et encablures d'exploitations conchylicoles ". Un démantèlement pareil de vrait durer "environ six mois ".

60 m³ de fioul dans l'eau

En attendant, l'urgence est à la protection des lieux. Près de 200 sapeurs-pompiers sont mobilisés, pour évacuer le sable pollué à coup de pelle. Plusieurs barrages flottants ont été installés, afin de protéger les quarante exploitations ostréicoles de la ria d'Etel. Cinq d'entre elles ont même été interdites d'exploitation par arrêté préfectoral, à titre préventif.

Selon les derniers chiffres communiqués par la mairie d'Etel, 60 m³ de fioul se sont échappés dans la mer, 32 m³ ont été pompés et 120 m³ resteraient dans les cuves. Enfin, dans le cadre de l'enquête ouverte hier, des gendarmes ont été hélitreuillés à bord du cargo ce samedi pour déterminer les causes de l'échouage.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.