Cet article date de plus de deux ans.

Lubéron : les ocres de Provence, trésor du Roussillon

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 4 min.
Lubéron : les ocres de Provence, trésor du Roussillon
France 3
Article rédigé par
C.Laronce, N.Berthier, L.Harper, B.Vidal, drone : AirLibre - France 3
France Télévisions

Les ocres de Provence, une curiosité géologique, attirent chaque année près de 300 000 visiteurs. 

À Roussillon, sur le sentier des Ocres, un canyon pourpre et or donne au Vaucluse un air de Colorado. La mer s'est retirée il y a 100 millions d'années, laissant derrière elle sables et déchets organiques. L'érosion a formé des cheminées colorées par des oxydes de fer. "Je viens des États-Unis, je suis venue pour voir le petit Colorado de Provence", indique une touriste américaine. Verdict ? "C'est magnifique", dit-elle, séduite. 

La terre de l'ocre 

C'est ici que naît l'industrie de l'ocre à la fin du 18ème siècle. Elle connait son âge d'or au 19ème siècle, jusque la Seconde guerre mondiale. Le pays d'Apt est alors le plus grand gisement d'ocre en Europe. Le minerai était extrait en galerie ou en plein air, une technique inventée par Jean-Etienne Astier. "Il a pris le sable, l'a mis dans de l'eau, il a mélangé puis a séparé le sable qu'il a jeté, et récupéré de l'ocre en suspension dans l'eau qui s'est décantée. C'est comme ça qu'en jetant l'eau, il a récupéré du pigment", explique Mathieu Barrois, directeur de l'écomusée de l'ocre à Roussillon. En Provence, aujourd'hui encore, les ocres habillent les murs des maisons. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.