Cet article date de plus de huit ans.

Le bilan carbone des Français stagne depuis cinq ans

Les émissions de gaz à effet de serre liées au chauffage chutent de 14%, notamment grâce à une meilleure isolation. Mais les rejets de CO2 provoqués par la fabrication et l'achat de produits électronique augmentent de 40%.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les transports représentent 18% des rejets de gaz à effet de serre en France. (MAXPPP)

Les émissions de gaz à effet de serre (GES) générées par la consommation des Français stagnent depuis 2008, selon une étude du cabinet Carbone 4 datée du 27 août 2013. La France émet un petit peu plus de gaz à effet de serre (1,9%), mais compte tenu de l'augmentation de la population et ramené à chaque individu, elles ont légèrement baissé de 0,7% depuis 2008. En 2012, les émissions de GES par personne pour la consommation de biens et de services se sont élevées à 10,1 tonnes équivalent CO2, indique l'étude sur la base de l'indicateur ECO2Climat.

Les émissions liées à l'énergie utilisée dans les logements ont baissé de 14% par personne. Une amélioration due à des logements plus performants, des chaudières plus économes, et à une utilisation moindre de fioul. De même, la consommation de viande, en régression, génère moins de gaz à effets de serre.

Mais ces bons résultats sont torpillés par les émissions de gaz à effet de serre liées à la fabrication et à l'achat de produits électroniques. Elles augmentent en effet de 40%. "La forte de hausse de ce poste, qui contrebalance entièrement les gains réalisés sur la consommation d’énergie des logements, s’explique par l’équipement des Français en télévisions à écran plat, smartphones et tablettes durant les cinq dernières années", selon le cabinet. A titre d'exemple, la fabrication d'un téléviseur à écran plat engendre 1,2 tonne équivalent CO2, soit 12% du bilan carbone annuel d'un Français.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.