La métropole de Lyon expérimente une peinture anti-chaleur pour ses trottoirs : "On a une différence de température d'une dizaine de degrés"

La peinture doit contribuer à faire baisser la température de la voirie. Utile lors des fortes chaleurs et là où on ne peut pas planter d'arbres.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Une peinture anti-chaleur est déposée afin de lutter contre la chaleur au sol sur les trottoirs de la métropole de Lyon, le 7 juillet 2021. (NICOLAS LIPONNE / HANS LUCAS / AFP)

La vile de Lyon tente de se prémunir contre les îlots de chaleur. Dans la matinée du mercredi 7 juillet, la métropole a posé 100 m² d'une peinture dite anti-chaleur. Posée sur un trottoir au pied d'une résidence universitaire dans un quartier très fréquenté de la Guillotière. La peinture est beige en l'occurrence, mais peu importe la couleur, l'essentiel est dans sa composition. "Elle est isolante parce qu'elle est constituée de billes de céramique qui sont elles-mêmes constituées de vide et c'est bien ce vide qui fait l'isolant thermique", explique Sonia Turmel, responsable de secteur travaux voirie à la Métropole de Lyon, qui a proposé l'expérimentation.

Une dizaine de degrès de différence

Thermomètre en main, Sonia Turmel mesure les effets seulement quelques heures après la pose du revêtement. "Avec un revêtement existant sur un asphalte noir, on est à 41,4°C et il est un peu plus de 13 heures. Au niveau du revêtement avec la peinture, on est à 30,3°C. On a déjà une différence de température d'une dizaine de degrés avec un revêtement existant."

Cette peinture est déjà utilisée pour isoler les toitures ou les terrasses de bâtiments industriels, notamment, mais pas encore sur la voirie. D'où ce test porté par la métropole de Lyon et son président, l'écologiste Bruno Bernard : "On a un gros enjeu de faire diminuer les îlots de chaleur dans la métropole. Donc, quand on n'a pas la solution de pouvoir planter des arbres pour gagner en température, ça fait partie des choses qu'on étudie et qu'on expérimente pour pouvoir éventuellement l'appliquer dans les années qui viennent." 

Le produit est pour l'instant importé des États-Unis. Il faudra plus de demandes pour que se crée une filière de production de peinture anti-chaleur en France.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.