Cet article date de plus d'onze ans.

La France envoie de l'aide matérielle et des infirmiers à Haïti

Un nouvel avion français devait quitter Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe, jeudi, avec 80 personnes à bord et 5 tonnes de fret à destination d'Haïti pour venir en aide aux sinistrés, a déclaré François Fillon.Par ailleurs, la Sécurité civile doit envoyer à Haïti un hôpital de campagne et 60 infirmiers qui complèteront les détachements déjà sur place.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
l'Elysée

Un nouvel avion français devait quitter Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe, jeudi, avec 80 personnes à bord et 5 tonnes de fret à destination d'Haïti pour venir en aide aux sinistrés, a déclaré François Fillon.

Par ailleurs, la Sécurité civile doit envoyer à Haïti un hôpital de campagne et 60 infirmiers qui complèteront les détachements déjà sur place.

Ces nouveaux moyens permettront de "constituer une véritable chaîne de secours qui nous permettra d'aller au contact des personnes sous les décombres, de les sortir, de faire un premier soin d'urgence sur place -la spécialité des sauveteurs français- et après de dégager les victimes, et, par notre hôpital de campagne, de faire du soin lourd sur place", a expliqué sur France Info le colonel Vailli, porte-parole de la Sécurité civile.

Une trentaine de sapeurs pompiers et sapeurs sauveteurs, ainsi que 12 tonnes de matériel, ont déjà été acheminés, sur les 130 sauveteurs et 6 maîtres chiens envoyés mercredi dans le cadre de deux détachements, l'un parti des Antilles, et l'autre d'Istres (Bouches-du-Rhône). "Ils se sont vu affecter un hôtel, le principal hôtel de la capitale, comme chantier, avec a priori, d'après les premiers renseignements que les secouristes ont eu sur place, une centaine de personnes qui seraient sous les décombres, et, sur le premier contact qu'on a eu avec le responsable des premiers secours sur place, ils ont déjà eu un contact avec cinq personnes qui seraient sous les décombres", a détaillé le colonel Vailli.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.