La Commission européenne autorise la commercialisation de 19 OGM dans l'UE

La Commission européenne a autorisé vendredi l'importation et la commercialisation de 19 OGM dans l'Union européenne, deux jours après avoir proposé aux Etats membres une réforme leur permettant d'interdire leur utilisation sur leur territoire. Onze produits de la multinationale américaine Monsanto figurent au nombre des OGM autorisés.

(Une manifestation contre les OGM en mars dernier à Lille © maxppp)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Onze produits de la multinationale américaine Monsanto, diverses variétés de soja, maïs, colza et coton, figurent parmi les organismes génétiquement modifiés (OGM) autorisés dorénavant par la Commission européenne. Les huit autres produits sont fabriqués par la firme américaine Dupont et les groupes allemands Bayer et BASF.

Dix-sept de ces OGM sont destinés à l'alimentation animale et humaine, les deux autres étant des fleurs coupées. L'autorisation, annoncée ce vendredi par la Commission européenne, est immédiate et vaut pour dix ans dans toute l'Union européenne.

Interdire l'utilisation des OGM sur leur territoire

Cependant, si les gouvernements européens approuvent la réforme par ailleurs présentée mercredi dernier, ils pourront interdire l'utilisation des OGM sur leur territoire. Dans le cas contraire, les règles applicables seront celles qui ont conduit la Commission européenne à autoriser la commercialisation des OGM considérés comme inoffensif pour la santé animale et humaine dans l'ensemble de l'UE. Cette solution est celle réclamée par les grands groupes.

L’organisation Greenpeace accuse le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, "de ne pas avoir l'intention de rapprocher l'Europe des citoyens, comme il l'a promis, et d'agir en faveur des intérêts des Etats-Unis et de Monsanto ".

"Monsieur Juncker est complètement tombé sur la tête" : l'eurodéputé écologiste français José Bové est "scandalisé" par cette décision
--'--
--'--