L'ONU a lancé jeudi un appel de fonds d'un montant record de 1,44 milliard de dollars

Il s'agit d'aider les 3 millions de personnes touchées par le séisme du 12 janvier, soit 30% de la population d'Haiti.Cet appel de fonds, censé couvrir les besoins d'aide d'urgence pour 2010, englobe un appel précédent de 577 millions de dollars lancé peu après le sésime, précise le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha).

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Il s'agit d'aider les 3 millions de personnes touchées par le séisme du 12 janvier, soit 30% de la population d'Haiti.

Cet appel de fonds, censé couvrir les besoins d'aide d'urgence pour 2010, englobe un appel précédent de 577 millions de dollars lancé peu après le sésime, précise le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha).

Près d'un tiers des fonds demandés (480 millions de dollars) sera destiné à acheter de la nourriture, le reste sera réparti entre des secteurs comme les abris provisoires, l'agriculture, l'éducation, la santé, l'hygiène.

Le premier appel d'urgence (de 577 millions de dollars) a déjà été entièrement financé, souligne l'Ocha.

"Nous sommes avec vous, nous allons vous aider à vous redresser et à reconstruire", a dit à l'adresse des Haïtiens le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon. A ses côtés, l'ex-président américain Bill Clinton, qui est son émissaire spécial pour Haïti, a prononcé un vibrant plaidoyer en faveur de l'aide aux Haïtiens. Bill Clinton a tenu à assurer aux donateurs que l'utilisation des fonds recueillis serait "transparente" grâce à l'établissement d'un site internet (HaitiSpecialEnvoy.org) permettant de suivre l'attribution des ressources. "Nous le mettrons à jour quotidiennement (...), vous pourrez voir qui a donné l'argent et à quoi il a été utilisé", a-t-il dit. "C'est le début d'un processus de transparence qui a très bien marché dans la zone du tsunami. Vous avez le droit de me tenir responsable et de demander des comptes", a ajouté M. Clinton.