Cet article date de plus de sept ans.

L'acidification des océans met en danger les espèces marines

Un rapport international scientifique publié ce mercredi tire la sonnette d’alarme. L’océan atteint ses limites alors qu’il joue un rôle essentiel pour réguler notre climat.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Les coraux - ici en mer de Chine - sont particulièrement affectés par cette acidification des océans © REUTERS)

L’océan, c’est un puits pour notre CO2. Il  absorbe un quart de nos émissions, plus que les forêts tropicales. Mais cela change son pH qui devient plus acide. Et ce qu'ont découvert les trente experts qui ont rédigé ce rapport, dans le cadre de la Convention sur la diversité biologique, c’est qu’en 200 ans, l’acidité de la surface de l’océan a augmenté de 30%. C’est un rythme jamais atteint en 55 millions d’années . Et les conséquences sur la biodiversité marine sont aujourd’hui visibles.

Les animaux marins aux squelettes calcaires comme les coraux en souffrent. Ils se cassent, ils changent de couleurs. Alors qu’ils sont des nids pour de nombreuses espèces de poissons. Même chose pour le plancton alors que c’est la base de la chaîne alimentaire marine. Les chercheurs ont recensé une centaine d’études scientifiques qui montrent que des mollusques aux anémones, cette acidification à un impact négatif pour la survie des espèces.

"Il y a déjà des effets socio-économiques" (Jean-Pierre Gattuso, directeur de Recherche du CNRS)
écouter

Selon les auteurs de ce rapport, cette acidification va se poursuivre.

"Il est maintenant inévitable que d'ici 50 à 100 ans, les émissions anthropogéniques de dioxyde de carbone vont encore augmenter l'acidité des océans à des niveaux qui auront des impacts massifs, le plus souvent négatifs, sur les organismes marins et les écosystèmes, ainsi que sur les biens et les services qu'ils fournissent"

Difficile de mesurer selon eux les conséquences économiques de ce changement notamment pour les producteurs d’huîtres ou de moules. Seule une réduction de nos émissions de CO2 peut enrayer le phénomène. Mais elles devraient encore augmenter de 2,5% cette année.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.