Cet article date de plus de neuf ans.

Isaac, rétrogradé en tempête tropicale, menace La Nouvelle-Orléans

La Louisiane a été touchée dans la nuit de mardi à mercredi par l'ouragan de catégorie 1 qui se dirige progressivement vers La Nouvelle-Orléans. Les vents ont faibli et Isaac a été rétrogradé en tempête tropical. Reste que sept ans après le passage de Katrina, Isaac est attendu avec angoisse par la population.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (SIPA)

Après avoir touché la Floride, Isaac, l'ouragan de catégorie 1, a atteint la Louisiane dans la nuit de mardi à mercredi avec des vents de 130km/h dans le sud-est de l'Etat, causant des pluies diluviennes. 

Plus de 480.000 foyers et commerces restent privés d'électricité en Louisiane dont quelque 200.000 à La Nouvelle-Orléans. L'aéroport de la ville a lui été fermé tandis que les habitants restent cloîtrés chez eux. Par sécurité, plusieurs évacuations ont été ordonnées dans les régions de basse altitude en Louisiane et dans le Mississipi. 

L'ouragan de catégorie a déjà entraîné un raz-de-marée qui a franchi une digue dans l'étroite bande de la paroisse de Plaquemines, au sud de La Nouvelle-Orléans. Cette digue ne fait pas partie du système de défense mis en place autour de la ville.

Isaac rétrogradé

Désormais, les vents ont faibli et la météo américaine a rétrogradé Isaac en tempête tropicale. Néanmoins, les conditions météo restent dangereuses avec des pluies importantes, des vagues et des vents toujours violents (110 km/h)

Les habitants de La Nouvelle-Orléans se préparent à une nouvelle catastrophe, sept ans après ce cauchemar qui avait fait près de 1.800 morts dans la région.

Afin de rassurer les populations, les responsables fédéraux ont déclaré que les digues encerclant la ville étaient assez résistantes pour une tempête comme Isaac, pouvant supporter une élévation du niveau de l'eau de 7,9m par endroits.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.