Hommage à Rémi Fraisse : une dizaine de manifestations en France

Plusieurs manifestations se sont déroulées en France, lundi, en hommage à Rémi Fraisse, mort dimanche près de Sivens. A Albi et Nantes, des affrontements ont opposé forces de l'ordre et manifestants.

(A Albi, la manifestation s'est déroulée dans le calme, avant de dégénérer dans l'après-midi. © Maxppp)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Près d'une dizaine de manifestations ont eu lieu lundi dans toute la France pour protester contre le décès dimanche de Rémi Fraisse. Le jeune homme de 21 ans est mort sur le site du barrage contesté de Sivens dans le Tarn lors d'affrontements avec les forces de l'ordre.

A Albi, où le procureur de la République a annoncé dans l'après-midi qu'une explosion était à l'origine de la mort du jeune homme, des affrontements ont opposé manifestants et forces de l'ordre. Ces dernières ont fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser la foule. Au total, un millier de personnes environ étaient rassemblées.

Débordements à Nantes

A Nantes où les opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes se sont plusieurs fois violemment opposés aux forces de l'ordre depuis 2012, environ 500 personnes se sont rassemblées en fin de journée à proximité de la préfecture pour "exprimer leur colère face à la violence d'État ". Ils ont allumé quelques bougies et déployé des banderoles, proclamant notamment: "Vos armes non létales tuent. On oubliera pas. Résistance " ou "Nantes-Toulouse-Montreuil. Solidarité contre les violences policières ".

En fin de journée, là encore, environ 150 manifestants se sont opposés aux forces de l'ordre a rapporté une journaliste de France Bleu Loire Océan. Des casseurs s'en sont notamment pris aux vitrines de banques et de certains magazins et à du mobilier urbain. "Nous ne sommes que des gens en colère ", a déclaré l'un d'eux à notre consoeur. Une vingtaine de vitrines de commerces et du mobilier urbain ont été endommagés.

"Pour Rémi, ni oubli ni pardon"

A Rennes ils étaient près de 300 autour d'une banderole sur laquelle était écrit: "La police tue, appel à la révolte ", puis ils sont partis manifester dans les rues, jetant des pétards et scandant: "Flics, porcs, assassins ! ". Place de l'Hôtel de ville à Paris une centaine de personnes se sont réunies et ont allumé des bougies. Un pancarte proclamait : "Pour Rémi, ni oubli ni pardon ".

A Toulouse, une centaine de personnes se sont rassemblées place du Capitole pour rendre hommage à l'étudiant de 21 ans. A Bordeaux, ils étaient une cinquantaine devant la mairie.

A Chambéry ils étaient une cinquantaine dans le calme lundi vers 18h devant la préfecture de Savoie à Chambéry pour "protester contre les mesures répressives disproportionnées à l'encontre des citoyens qui dénoncent des projets inutiles, des conflits d'intérêt et des collusions ". Nombre d'entre eux brandissaient des pancartes pour protester contre le projet de ligne ferroviaire à grande vitesse Lyon-Turin.

A LIRE AUSSI ►►► Barrage de Sivens : la famille de Rémi Fraisse va porter plainte

A Strasbourg, une trentaine de militants écologistes se sont rassemblés dans le silence devant la préfecture du Bas-Rhin en brandissant une pancarte : "Hommage à Rémi Fraisse ".