Hollande tire les leçons de Sivens : un "référendum local" en cas de blocage

C'est en évoquant la mort de Rémi Fraisse et le projet contesté de barrage à Sivens que le président de la République a entamé son discours devant la conférence environnementale. Il a promis des décisions en matière de démocratie participative.

(François Hollande pendant la conférence environnementale © capture d'écran Itélé)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Ce projet du barrage de Sivens - qui fait maintenant l'objet d'une enquête de l'Europe, "a ses partisans et ses détracteurs. Il va falloir choisir" a dit François Hollande. "Un mauvais projet doit être arrêté rapidement. Pour débloquer une situation, un référendum local vaut toujours mieux que le fait accompli. " Et il a annoncé que le gouvernement ferait d'ici à six mois des "propositions" en matière de "démocratie participative" sur l'impact écologique de ces projets.

"  Conscient des limites qui existent aujourd'hui dans le débat démocratique" , il a estimé que "Sivens exige d'accomplir des progrès supplémentaires dans la participation des citoyens à l'élaboration de  la décision publiqueTout doit être fait pour que sur chaque grand projet, tous les points de vue soient considérés, que tous les points de vue soient posés. Que tous les enjeux soient pris en compte. Nous devons donc renforcer les procédures et assuré la transparence. J'ai demandé au gouvernement d'engager un chantier sur la démocratie participative." 

"J'ai demandé au gouvernement d'engager un chantier sur la démocratie participative" (François Hollande)
--'--
--'--

 

"Ce qu'il a dit sur Siven et sur la démocratie est pour nous quelque chose d'essentiel. Et je le prends au mot. Est-ce que ça veut dire qu'il ouvre la porte à un référendum sur Notre-Dame-des-Landes et alors pourquoi pas?" a réagi sur France Info Emmanuelle Cosse, la secrétaire nationale d'EELV.

"Est-ce que ça veut dire qu'il ouvre la porte à un référendum sur Notre-Dame-des-Landes et alors pourquoi pas?" (Emmanuelle Cosse)
--'--
--'--

La conclusion du chef de l'Etat : "On me demande à  partir de quand je suis devenu écologiste. A partir du moment où je suis arrivé aux responsabilités. Parce qu'il y a un moment où il faut laisser sa trace. Et la trace que nous allons laisser tous ensemble, c'est un accord historique sur le climat."