La mobilisation pour l'environnement, mode ou mouvement de fond ?

Présentée comme le défi des générations futures pendant près d'un demi-siècle, l'écologie va et vient dans le débat public à l'aune des catastrophes et autres mobilisations citoyennes. Entretien avec Alexis Vrignon, historien spécialiste des luttes environnementales. 

Une jeune femme manifeste pour le climat, à Paris, le 21 septembre 2019.
Une jeune femme manifeste pour le climat, à Paris, le 21 septembre 2019. (LAURE BOYER / HANS LUCAS / AFP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Mobilisation dans le Larzac contre l'extension d'une base militaire, manifestation à Plogoff (Finistère) contre l'installation d'une centrale nucléaire, création du ministère de l'Environnement... Au début des années 1970, la protection de la planète faisait déjà la une de l'actualité. Pourtant, près de cinquante ans plus tard, il revient encore aux jeunes générations de porter le message écologique, présenté comme une éternelle nouveauté dans le paysage des idées. 

Préoccupation majeure un jour, lubie secondaire un autre, l'environnement s'invite et s'efface du débat public. Mais alors que le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) a rendu mercredi 25 septembre un nouveau rapport alarmant, les questions écologiques sont-elles en passe de s'implanter durablement dans le quotidien des Français ?

Franceinfo a interrogé Alexis Vrignon, historien spécialiste des luttes environnementales et auteur, entre autres, de La Naissance de l'écologie politique en France (PUR, 2017). 

Franceinfo : Pour la première fois depuis la création, en 2013, du sondage Ipsos-Sopra Steria sur les fractures françaises, l'environnement arrive en tête des préoccupations, devant le pouvoir d'achat ou l'immigration, y compris chez les seniors. Pourquoi les Français s'inquiètent-ils aujourd'hui plus qu'hier ? 

Alexis Vrignon : Les chercheurs qui se posaient la question de l'évolution de la préoccupation environnementale estimaient, jusqu'à il y a encore une quinzaine d'années, que se soucier d'écologie relevait d'une évolution sociale. Dans un monde dans lequel les préoccupations primaires de l'être humain (avoir un toit, se nourrir) étaient écartées, les gens pouvaient se soucier de l'environnement. Cette interprétation a vieilli, car elle faisait de l'environnement une question secondaire.

Petit à petit, l'idée que l'environnement est une problématique de la vie de tous les jours s'est installée. Longtemps, on l'a réduit à la protection des petites fleurs et on a considéré que les problèmes se poseraient aux générations futures. Cela a eu un effet pernicieux : on a pensé "On verra plus tard." Or, avec le dérèglement climatique à l'œuvre, on s'aperçoit que non seulement nous allons en pâtir, mais que nous en pâtissons déjà. 

Un récent baromètre de l'Ademe [Agence de l'environnement et de maîtrise de l'énergie] assure par ailleurs qu'au-delà du réchauffement, la question de la pollution atmosphérique, notamment dans les grandes agglomérations, revient comme un élément déclencheur de sensibilisation à l'environnement. Elle soulève chez les Français des interrogations sur la place de l'automobile ou sur l'urbanisme, par exemple.

La pollution atmosphérique, on en parle depuis les années 1950. La nouveauté, c'est que cette réflexion s’intègre désormais à toute une vision du monde plus critique à l'égard du mode de développement actuel.Alexis Vrignonà franceinfo

A quand peut-on dater l'émergence d'une conscience environnementale en France ? 

La conscience écologique sous sa forme contemporaine, dont nous sommes les héritiers, est apparue dans les pays industrialisés autour des années 1960 et 1970. Cependant, de nouvelles études montrent que dès le XIXe siècle, et même auparavant, il existait de véritables réflexions sur notre relation à la nature, mais on n'appelait pas encore ça l'environnement. L'arrivée des machines de la révolution industrielle s'est accompagnée de toute une réflexion sur leur impact, notamment en Angleterre au milieu du XIXe siècle. En France, au XVIIIe siècle, toute une série de réglementations sont mises en place pour empêcher certains établissements, comme des tanneries, de polluer le voisinage. 

Ce qui a freiné l'émergence d'une conscience écologique, c'est le triomphe d'un récit mobilisateur tourné vers le progrès. En associant progrès industriel, progrès social et progrès scientifique, on obtient un récit efficace qui a occulté une vraie préoccupation à l'égard de la nature qui existait auparavant.

Ce récit s'est fissuré dans les années 1970, c'est pourquoi on a vu l'essor d'une préoccupation, qui n'a jamais vraiment disparu mais qui a connu depuis une évolution en sinusoïde. Pour prendre l'exemple de la France, aux municipales de 1977, les écologistes font 10% à Paris : un score à peu près comparable à ce qu’ils peuvent espérer aujourd'hui, à en croire les sondages. Mais ensuite, dans les années 1980, les scores redescendent et disparaissent quasiment. Pour réapparaître dans le débat politique à la fin des années 1980.

Le ministère de l'Environnement est créé en 1971. Est-ce qu'il répond, justement, à l'émergence de cette conscience ? 

En 1971, la société française sort de dix années de changements profonds. Les années 1960 sont une période d'expansion et d'accélération. En une décennie, la surface urbanisée de la France double. La déconcentration industrielle entraîne le déplacement de structures jusqu'alors concentrées en région parisienne. Pour beaucoup de Français, les années 1960, c'est le moment où leur environnement quotidien, au sens le plus strict du terme – ce qui les entoure –, se transforme. Et c'est justement à cette époque qu'on observe l'apparition ou le renforcement d'associations de protection de la nature.

L'opinion joue pourtant un rôle modéré dans la création de structures étatiques en faveur de l'environnement. Ce sont plutôt des hauts fonctionnaires qui vont appuyer certains dossiers auprès de l'exécutif et obtenir la création des parcs naturels ou encore de l'agence de l'eau. N'oublions pas que nous sommes juste après 1968 et qu'il existe alors une certaine réceptivité à des pensées critiques à l'égard du développement et du productivisime. On remet en cause beaucoup de choses, ce qui encourage les initiatives écologiques. Beaucoup de critiques et d'analyses qui sont, dans une certaine mesure, encore pertinentes aujourd'hui, sont émises à ce moment-là.

Cependant, le ministère de l'Environnement a toujours été un ministère extrêmement faible.Alexis Vrignonà franceinfo

Le premier titulaire du poste de ministre, Robert Poujade, a écrit un livre qui s'appelle Le Ministère de l'impossible pour expliquer le peu de poids qu'il avait dans les arbitrages face aux autres ministères, et notamment celui de l'Industrie. Plus tard Corinne Lepage, à l'Environnement en 1995-1996, a écrit On ne peut rien faire, madame la ministre..., dont le titre est aussi assez révélateur. Plus de vingt ans plus tard, même Nicolas Hulot, pourtant ministre d'Etat, perdait ses arbitrages face au ministre de l'Agriculture.

Comment expliquer ce recul de l'écologie en France après l'élan observé dans la société dans les années 1970 ? Les années 1980 marquent en effet l'explosion de la consommation, favorisée par la dérégulation des marchés...

A partir des années 1980, les mouvements de désindustrialisation entraînent un transfert des appareils productifs vers d'autres pays. Dans la société française, il y a une invisibilisation du processus productif, lequel s'installe en Chine ou ailleurs. Autre conséquence : la notion de crise économique s'ancre dans les esprits et prend le pas sur la crise écologique.

Plus tard, dans les années 1990, puis 2000, la question écologique redevient une préoccupation, mais on pense alors que l'informatique, puis internet, permettra de résoudre les problèmes posés par le productivisme et la société de croissance. On imaginait l'avenir dans la dématérialisation des processus productifs. Avec la dématérialisation, plus de problèmes causés par l'industrie. Même chez les penseurs écologistes, beaucoup adhéraient à ce récit.

La prise de conscience actuelle est d'autant plus forte que de nombreux travaux ont démontré que cette dématérialisation était un mirage, puisqu'elle repose sur des serveurs informatiques extrêmement énergivores et des appareils fabriqués avec des métaux rares. Non seulement on pensait que le modèle à venir serait propre, mais dans certaines mouvances du milieu écologiste on le pensait aussi politiquement vertueux : en développant une économie du partage, en permettant d'avoir des processus de décisions beaucoup plus horizontaux, etc. Tout cela n'est pas complètement faux, mais quand on observe l'émergence et l'affirmation des Gafa, on voit que les choses ne sont pas si simples.

L'environnement intéresse les citoyens par intermittence. La prise de conscience à laquelle nous assistons est-elle durable ? Ne suffira-t-il pas qu'une nouvelle crise émerge pour la balayer à nouveau ?

La balayer, je ne pense pas. La conscience écologique ne repose plus sur des concepts immatériels, mais sur du concret. A la différence d'autrefois, nous disposons de données scientifiques nouvelles et fiables. Par ailleurs, on peut observer empiriquement une évolution du climat. Quels que soient les défis ou les questions qui pourraient arriver à l'agenda politique ou médiatique, le réchauffement climatique, la pollution et les problèmes concrets qui en découlent demeurent et s'observent tous les jours.

Les débats sont houleux sur l'écologie, notamment sur la place de la voiture : les automobilistes sont présentés comme des pollueurs et les autres sont accusés d'être des "bobos" qui donnent des leçons et prennent l'avion pour partir en vacances. L'écologie ne reste-t-elle pas une source de clivages ?

Cette question soulève un point-clé qui est celui du distingo entre la conscience théorique d'un problème et la concrétisation. Car il existe un consensus de plus en plus large pour dire qu'il y a un problème. Là où c'est compliqué, c'est pour se mettre d'accord sur les actions concrètes à mettre en place.

Les enquêtes montrent une profonde ambivalence de la population à l'égard des politiques publiques qui pourraient être mise en œuvre.Alexis Vrignonà franceinfo

D'un côté, il y a toujours cette idée que l'action individuelle seule ne pourrait suffire, même si elle est nécessaire. Et de l'autre, un doute très profond à l'égard de l'efficacité de l'action publique. On s'en méfie et, surtout, on s'inquiète de l'éventualité de nouvelles taxes. 

De plus en plus de Français seraient d'accord pour qu'il y ait des évolutions dans nos modes de vie, mais dès lors qu'il est question de taxes (taxe carbone ou autre), les choses deviennent beaucoup plus compliquées. C'est là qu'on en vient à l'accusation d'écologie punitive par exemple, un terme qui arrive assez facilement dans les discours.

Pour les politiques, il apparaît donc très bénéfique de parler d'écologie, mais très dangereux politiquement de prendre de réelles mesures. Suffit-il vraiment d'en parler pour satisfaire le besoin d'écologie exprimé ? 

L'écologie revient de manière cyclique à l'agenda politique. Comme à l'occasion des élections européennes, lors desquelles les écologistes font leurs meilleures scores. Et  chaque fois que les écologistes font de bons scores, les pouvoirs publics, et plus particulièrement l'éxécutif, verdit son discours et assure avoir fait sa mue écologique. Cela a donné le Grenelle de l'environnement sous Nicolas Sarkozy, en 2007, ou les déclarations récentes d'Emmanuel Macron. 

Je pense qu'un certain nombre de politiques sont persuadés qu'en matière d'environnement, il suffit de faire un ou deux beaux discours.Alexis Vrignonà franceinfo

Et il y en a eu, des beaux discours. On pense bien sûr à Jacques Chirac au sommet de la Terre en 2002 : "Notre maison brûle et nous regardons ailleurs". Mais Georges Pompidou avait fait un discours du même ordre en 1971, à Chicago. Parler d'environnement, c'est consensuel dès lors qu'on reste un peu vague.

Toutefois, puisque la population a une plus grande connaissance des enjeux environnementaux, c'est en train de changer. Les électeurs savent que ce n'est pas en plantant deux ou trois arbres que l'on changera fondamentalement les choses.

Que penser des discours anti-écolo portés par des politiques ? Peut-on s'attendre à un retour de bâton après la mise en avant des questions environnementales ?

Jair Bolsonaro et Donald Trump ont été élus en niant et en remettant en cause les questions d'environnement, mais des catastrophes écologiques continuent de frapper le Brésil et les Etats-Unis.

De nombreux facteurs expliquent l'émergence de ces hommes politiques, mais leur volonté de mobiliser une rhétorique anti-environnementale est bien le signe que ce discours est bien présent. Le contredire, c'est aussi une façon de le prendre en compte. C'est parce que ces préoccupations sont fortes qu'il y a chez certains le besoin d'un contre-discours. La question qui se posera à l'avenir, c'est : est-ce que la présence au pouvoir de ces dirigeants traduit l'apparition d'un clivage entre, d'un côté, des écologistes – dont le périmètre reste à définir – et, de l'autre, des productivistes qui ne jureraient que par la mise en valeur des ressources, lesquelles n’attendraient que l'homme, son ingéniosité et sa technique pour être utilisées et résoudre tous les problèmes. Nous verrons bien si ce clivage émerge et finit par structurer la société.