Francis Rol-Tanguy, un fils de résistant pour fermer Fessenheim

Un dossier compliqué, le nucléaire, entre les mains d'un homme rompu à l'exercice de l'Etat. Francis Rol-Tanguy sera le M.Fessenheim de Delphine Batho.

(Jean Becker Maxppp)

Il sait tout ou presque des transports français. C'est sans doute
pour cette excellente connaissance des rouages de l'Etat que Francis Rol-Tanguy,
haut fonctionnaire et fils du résistant communiste, va être nommé délégué
interministériel chargé de la fermeture de la centrale nucléaire alsacienne de
Fessenheim, par  la ministre de
l'Energie, Delphine Batho.

Un professionnel du transport, pas du nucléaire

Le futur M.Fessenheim peut vous parler des difficultés de la ligne 13 du métro comme de l'étalement urbain, nouveau défi des villes de
demain. A 59 ans, cet ingénieur général des Ponts et Chaussées connaît ce
secteur sur le bout des doigts. Directeur de cabinet de Jean-Claude Gayssot à l'époque
où il occupait le poste de ministre des Transports dans le gouvernement Jospin
de 1997, puis directeur du fret à la SNCF entre 2000 et 2003, il n'a jamais
travaillé dans le domaine du nucléaire. Par ailleurs, sa dernière expérience professionnelle
à l'Atelier d'urbanisme de Paris lui a valu une condamnation pour infraction à
la législation du travail. Il a fait appel de cette décision.

Un dossier difficile

En dehors de cette affaire, la préparation de la fermeture des
deux réacteurs de la centrale du Haut-Rhin en 2016
, promise par François
Hollande n'est pas une mince affaire. La centrale alsacienne focalise l'attention
pour plusieurs raisons. C'est la plus ancienne en activité en France, elle emploie
800 agents EDF et 250 prestataires. Sa fermeture s'avère d'ores et déjà
compliquée socialement et politiquement.