Cet article date de plus de six ans.

Fessenheim, fermera ou pas ? La grande lassitude des élus et salariés

Après avoir vu François Hollande, la secrétaire nationale d'EELV s'est dite certaine de la fermeture de Fessenheim. Une fermeture qui n'est pas acquise pour Ségolène Royal. Des signaux contradictoires...
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Le maire de Fessenheim au cours d'une manifestation contre la fermeture de la centrale nucléaire © MAXPPP)

 C'est d'une voix lasse que Carole Perrin, la déléguée CFDT de Fessenheim, commente le dernier rebondissement en date, le fait que François Hollande aurait confirmé aux écologistes qu'il tiendrait sa promesse, que la centrale serait fermée avant 2017. Soit avant la fin de son mandat : "Nous sommes dans le flou le plus absolu. Nous avons besoin de savoir si nous sommes un engagement présidentiel de fermeture, le point 41 du programme présidentiel, ou si nous sommes considérés pleinement dans la loi de transition énergétique. Nous avons porté le message du pragmatisme. Mme Royal semblait avoir entendu ce message".   Une  inquiétude qu'elle porte au nom des 1000 salariés EDF et prestataires de la centrale, "mille familles, des commerçants et toute une vie économique en suspens..."

"Nous sommes dans le flou le plus absolu" (Carole Perrin - CFDT Fessenheim)
écouter

Le maire de Fessenheim, Claude Brender est bien en mal de rassurer ses concitoyens. Il espère simplement que les écologistes n'auront pas gain de cause : "Je préfère entendre le son du bon sens et du pragmatisme de notre ministre de l’Ecologie Mme Ségolène Royal, qui elle, pense que ce serait peut-être pas Fessenheim qui serait à fermer en premier". 

"Je préfère entendre le son du bon sens et du pragmatisme de notre ministre de l’Ecologie Mme Ségolène Royal" (le maire Claude Brender)
écouter

Des élus et salariés qui s'étaient peut-être réjouis de constater que la fermeture de Fessenheim n'était pas actée dans la loi de transition énergétique. Ce qui laissait de fait une grande latitude à Ségolène Royal. Jusqu'à ce que François Hollande, selon Emmanuelle Cosse...

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.