Environnement : près de Reims, des bergers développent l'éco-pâturage à l'aide de leurs moutons

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 6 min.
Environnement : près de Reims, des bergers et leurs moutons développent l'éco-pâturage
France 2
Article rédigé par
S.Piard, B.Vignais, P.Ngankam, E.Chambeyron, J.Benzina - France 2
France Télévisions

Du côté de Reims (Marne), des communes et des entreprises font appel à des moutons pour l’entretien des parcelles les plus difficiles d’accès. Le berger Brice Foulon met en avant l’éco-pâturage comme une alternative écologique et qui préserve la biodiversité.

Brice Foulon a quitté son emploi dans l’affichage publicitaire il y a deux ans pour se reconvertir. Désormais berger, il est convaincu que l'éco-pâturage, soit “remplacer les tondeuses par des moutons”, est une méthode “plus écologique et économique” pour entretenir les parcelles. Ce jour-là, près de Reims (Marne), ses moutons nettoient un talus. “Ce sont des zones où l’on ne peut pas aller avec la tondeuse, on peut y aller avec une débroussailleuse, mais ça fait du bruit, ça consomme de l’essence. Le mouton, ça garde la biodiversité et ce n’est pas polluant”, explique-t-il. 

Faire des économies 

En bord d’autoroute, ou encore près d’un supermarché... Il guide ses béliers partout où l'on fait appel à lui. Brice Foulon fait partie d’un réseau qui emploie une centaine de bergers. Pour une grande surface de Saint-Brice-Courcelles, travailler avec des moutons représente jusqu'à 25% d’économie à l’année. Pour les clients, les moutons sont une bulle de nature entre les rayons et le parking. Les petits villages font également appel à eux depuis que les herbicides sont interdits. 

En éco-patûrage, différents animaux peuvent être utilisés, jusqu’aux oies sauvages et aux alpagas. “Sur une même parcelle, vous pouvez avoir plusieurs animaux complémentaires, parce que le mouton, il tond au ras du sol, mais la chèvre, elle a le nez en l’air, c’est parfait pour débroussailler tout autour”, ajoute la journaliste Jihane Benzina sur le plateau du 13 Heures, vendredi 26 février.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.