Entre créations d'emplois et craintes d'une catastrophe écologique, le projet d'une mine d'or divise la Guyane

Avec Montagne d'or, un opérateur minier russo-canadien promet l'arrivée de milliers d'emplois dans ce département durement touché par le chômage. Les opposants au projet redoutent les répercussions environnementales.

Une vue du site minier aurifère de Yaou à Maripasoula en Guyane, le 17 septembre 2011.
Une vue du site minier aurifère de Yaou à Maripasoula en Guyane, le 17 septembre 2011. (JODY AMIET / AFP)
avatar
Carole BélingardFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

"Il faut qu'on arrête de vendre la Guyane", s'agace Ulakuya Fabio Léon, membre du collectif Jeunesse autochtone de Guyane, joint par franceinfo. Le groupe est très remonté contre un projet de mine XXL dans la région de Saint-Laurent-du-Maroni au nord-ouest de la Guyane, à quelques encablures du Surinam et en pleine forêt amazonienne. Nom du projet : la Montagne d'or. Il est porté par le groupe russe, Nordgold (à hauteur de 55%), associé à la compagnie canadienne Colombus Gold (45%).

Lors d'un déplacement dans le département en août 2015, Emmanuel Macron, alors ministre de l'Economie, s'était prononcé en faveur de l'ouverture de cette mine industrielle qui doit voir le jour d'ici cinq ans, sous réserve d'obtenir les autorisations nécessaires. L'ex-locataire de Bercy, revenu en Guyane avec le costume de président de la République, a de nouveau évoqué la construction de cette mine d'or, vendredi 27 octobre. Emmanuel Macron a appelé les Guyanais à participer à un débat public sur la question. En attendant ses conclusions, chaque camp se met en ordre de bataille face à ce projet gigantesque.

La promesse d'un eldorado

Car afin d'extraire le précieux minerai puis l'exploiter, il va falloir creuser, à grand renfort de dynamite, une fosse de 2,5 km de long, de 500 mètres de large et de 400 mètres de profondeur. A terme, une usine de traitement au cyanure, souvent utilisé dans l'extraction de l'or, y sera installée et classée site Seveso (norme européenne de classification des sites sensibles). Le tout perdu au milieu de la forêt amazonienne et à côté de deux réserves biologiques. 

A la clé : une importante rentabilité, assurent les exploitants. "On prévoit de produire 85 tonnes d’or sur douze ans", expliquait à Libération Rock Lefrançois, président de la Compagnie minière Montagne d'or, remplacé depuis par Pierre Paris. "Avec un taux de l’or [fixé] à 1 200 dollars par once", soit 1 000 euros environ, et un gisement estimé à 150 tonnes d'or, soit cinq millions d'onces d'or, l'affaire s'annonce juteuse. 

La compagnie, maître d'œuvre du projet, promet une manne d'emplois dans un département où plus de 20% de la population active est au chômage, soit le double de la métropole (9,3%). Igor Klimanov, directeur du développement chez le russe Nordgold, assure ainsi que la mine devrait créer 750 emplois et plus de 3 000 emplois indirects.

"Nous prévoyons aussi de recruter 90% de personnel local, en particulier dans l’ouest guyanais. Nous contribuerons à mettre en place une filière de formation aux métiers de la mine en Guyane, avec un réseau de partenaires locaux, nationaux et internationaux", promet la Compagnie minière contactée par franceinfo. Enfin, selon les calculs de Nordgold et Colombus Gold, le projet devrait rapporter plus de 300 millions d'euros d'impôts aux collectivités locales et à l'Etat français, relaie le magazine Challenges.

Une rentabilité pas si évidente

Mais dans un rapport publié le 18 octobre, WWF met en doute le véritable impact économique de cette "montagne d'or". L'ONG met en avant les "420 millions d’euros de fonds publics" qui seraient investis dans ce projet... pour une rentabilité encore incertaine, en raison de la volatilité du cours de l’or et de la dépendance au taux de change euro-dollar.

Les énormes besoins en énergie inquiètent aussi l'association, qui y voit un enjeu de taille. En effet, la future mine aura besoin de 20 mégawatts par jour pour fonctionner, ce qui représente la consommation d'électricité quotidienne à Cayenne. Il faudra également acheminer cette électricité dans une zone sauvage et isolée, par le biais de lignes à haute tension sur des dizaines de kilomètres, explique à L'Humanité le collectif Or de question, qui regroupe une trentaine d'associations locales et des ONG internationales, opposé aux projets miniers. 

"Ils veulent fournir en énergie 24 heures sur 24 la mine, alors qu'à 120 kilomètres de là, il y a un vide électrique. Chez moi, par exemple, je suis obligé d'avoir un groupe électrogène", s'étrangle Ulakuya Fabio Léon. "Une ligne de très haute tension dans la forêt tropicale, on sait faire, ce n'est qu'une question de moyens", rétorque dans Les Echos, Jean-Philippe Biava, le directeur d'EDF pour le département. 

Peur d'un éventuel "désastre écologique"

Une note ministérielle de 2016, consultée par l'AFP, qualifie la Montagne d'or, d'"hors normes par ses aspects économiques", et prévient que ses "empreintes spatiale et écologique sont de dimensions inconnues".  De son côté, la Commission nationale consultative des droits de l'Homme a rendu, dans un rapport publié le 17 octobre, un avis négatif et demande un moratoire sur le projet de mine en Guyane.

Principale inquiétude de la commission : la gestion des déchets cyanurés dans une zone tropicale soumise à d'importantes précipitations. "Durant l'exploitation de la Montagne d'or, ce sont des millions de mètres cubes qui devraient être charriés et traités au cyanure pour extraire l'or, puis ensuite stockés. En cas de rupture des digues contenant les boues cyanurées, la Guyane fera alors face à un désastre écologique d'une envergure sans précédent", note-t-elle. On se souvient de la catastrophe du Rio Doce, en 2015 au Brésil, après la rupture d'un barrage de déchets miniers.

La compagnie minière de la Montagne d'or assure que le risque environnemental est maîtrisé. "On prévoit des équipements de destruction de cyanure, donc il n'y aura pas de cyanure dans les rejets de l'usine de traitement de Montagne d'or", promet à la 1ère Igor Klimanov. L'entreprise Nordgold s'est aussi engagée à un bilan et suivi environnemental trente ans après l'arrêt des forages.

Pas suffisant pour les opposants au projet. "Le drainage minier acide peut durer des centaines d’années, c’est très difficile à maîtriser et ça coûte cher", réagit auprès de l'AFP Thibaud Saint-Aubin, de l’association Ingénieurs sans frontières-systèmes extractifs. Pour le collectif Or de question, les promesses d'emplois ne compensent donc pas les risques environnementaux. "Je ne mets pas la vie et l'emploi en balance", explique à franceinfo Harry Hodebourg, porte-parole du collectif. 

Nous ne voulons pas d'activités économiques au détriment de la santé humaine et de l'éco-système. Ils ne comprennent pas que l'homme n'est pas déconnecté de l'environnement dans lequel il vit.

Harry Hodebourg

à franceinfo

Un débat public en mars 2018

Avant même le feu vert, une pétition a été lancée, en mars 2017, contre le projet. Elle a d'ores et déjà récolté plus de 190 000 signatures. Les chefs de tribus amérindiennes se sont prononcés majoritairement contre le projet de mine, rapporte de son côté la 1ère. Ils s'opposent à la déforestation et craignent eux aussi la pollution.

"On a tout à perdre avec un tel projet, la terre c'est nos entrailles. Nous pensons que nous avons autre chose à développer autour de la biodiversité", ajoute Ulakuya Fabio Léon.

Mais, pour de nombreux élus, il n'y a actuellement aucune alternative économique viable. "Quel autre projet d’ampleur équivalente est proposé pour répondre à l’ampleur et à l’urgence des besoins du territoire, en terme d'emploi, de formation ? Aucun à ce jour", assène Léon Bertrand, maire de Saint-Laurent-du-Maroni, dans une interview à la 1èreSi l'édile s'est positionné en faveur du projet industriel, il estime néanmoins que le dernier mot revient aux populations locales. 

Un débat public pour consulter la population guyanaise doit débuter en mars prochain et durer quatre mois. Mais les entreprises Nordgold et Colombus Gold, qui espèrent obtenir les autorisations nécessaires dès 2019, se tiennent prêtes à commencer l'exploitation du site en 2021.