Écologie : 20 000 pneus sous les mers

Dans les années 1980, un récif artificiel avait été conçu au large des côtes de la Méditerranée afin de favoriser la reproduction des poissons. Un récif constitué de 25 000 pneus aujourd'hui. Ils sont source de pollution.

Voir la vidéo
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Plus de 20 000 pneus sont éparpillés sous la mer Méditerranée. À seulement 500 mètres de la côte, entre Cannes (Alpes-Maritimes) et Antibes, un bateau abrite un chantier peu ordinaire. Six plongeurs se relaient, à 30 mètres de profondeur. Guidés depuis le bateau, ils récupèrent les pneus un à un. "On fait une grappe et on la met à la grue", raconte Morgan Postic. La grue évacue jusqu'à 70 pneus à la fois. Ils seront ensuite recyclés en combustible.

Un coût d’1 million d'euros

Mais comment ces pneus sont-ils arrivés là ? Il y a quarante ans, c'était l'idée révolutionnaire de scientifiques français : immerger des pneus usagés pour créer des récifs artificiels. "Quarante ans plus tard, on se rend compte que les récifs en pneumatique ne remplissent pas leur rôle et par ailleurs les pneus en se désagrégeant, se sont disséminés", explique Guillaume Bernard, chargé de mission pour l'Agence française pour la biodiversité. Le phénomène commençait à polluer l'eau et endommager les fonds marins. Cette erreur écologique coûte cher : 1 million d'euros pour le chantier de Golfe Juan, qui devrait se poursuivre jusqu'en 2020.

Le JT
Les autres sujets du JT
En Méditerranée, à Saint-Jean-Cap-Ferrat (Alpes-Maritimes), l\'association \"SOS grand bleu\" nettoie les fonds marins en plongeant. Elle ramasse plus de 300 kilos de déchets par an.
En Méditerranée, à Saint-Jean-Cap-Ferrat (Alpes-Maritimes), l'association "SOS grand bleu" nettoie les fonds marins en plongeant. Elle ramasse plus de 300 kilos de déchets par an. (FRANCE 2)