Cet article date de plus de deux ans.

Des plantes inédites fleurissent sur les cimes à cause du réchauffement climatique

Selon une étude basée sur 145 ans de relevés botaniques, le nombre d'espèces s'est enrichi sur 87% des sites.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Au cours de la période 1957-66, un sommet a accueilli en moyenne 1,1 espèce nouvelle ; en 2007-2016, ce fut 5,4, indique l'étude publiée mercredi 4 avril 2018. (HAUKE-CHRISTIAN DITTRICH / DPA / AFP)

La "grande accélération" touche désormais les cimes. Sous l'effet du réchauffement climatique, les sommets des montagnes européennes accueillent des plantes inédites, indique une étude parue mercredi 4 avril dans Nature (article en anglais).

Les plantes remontent de plus en plus rapidement des niveaux inférieurs, avec des sommets cinq fois plus "colonisés" de nouvelles variétés de plantes ces dix dernières années qu'au cours de la décennie 1957-1966, montre cette étude de 302 sites, des Alpes, des Pyrénées, des Carpates, du Svalbard (Norvège), d'Ecosse ou de Scandinavie.

La "grande accélération", biologique, météorologique ou chimique, observée depuis les années 1950 par la communauté scientifique sous l'effet des activités humaines, est ainsi "aujourd'hui perceptible dans les sites les plus reculés de la planète : les sommets de montagne", souligne le CNRS français dans un communiqué.

Le réchauffement touche particulièrement les montagnes

Selon cette étude, basée sur 145 ans de relevés botaniques, le nombre d'espèces s'est enrichi sur 87% des sites. Au cours de la période 1957-66, un sommet a accueilli en moyenne 1,1 espèce nouvelle ; en 2007-2016, ce fut 5,4. Cette migration concerne même des plantes réputées pour se déplacer lentement.

Cette tendance concorde avec l'augmentation des températures, explique l'équipe de 53 chercheurs, issus de onze pays, qui rappelle que les montagnes subissent un réchauffement particulièrement rapide. L'étude écarte en revanche le rôle d'autres facteurs comme les retombées azotées des polluants, les changements de précipitations ou la fréquentation humaine, très différents d'une région à l'autre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.