Cet article date de plus de huit ans.

Des militants de Greenpeace délogés de la Tour Eiffel

Des militants de Greenpeace ont escaladé la Tour Eiffel, ce samedi matin. Ils y ont déployé une tente, du 2ème étage, ainsi qu'une banderole pour demander la libération des "30 de l'Arctique", les activistes arrêtés il y a un mois par les autorités russes, qui risquent sept ans d'emprisonnement. Ils ont été délogés, vers 11h, par les pompiers. 
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Radio France)

Nouveau coup d'éclat des militants de Greenpeace, ce samedi matin. 

Un militant s'est installé dans une tente suspendue depuis le deuxième étage de la Tour Eiffel. Il a déployé une banderole sur laquelle on peut lire "Free the Artic 30 " (Libérez les 30 de l'Arctique) et "Militants en prison, climat en danger ".

Un autre militant sécurisait le point d'attache de la tente rouge depuis le deuxième étage. Les deux hommes se sont introduits dans le monument grâce à une échelle, avant l'heure d'ouverture. Ils ont été délogés, vers 11h, par les pompiers. 

Ils demandent la libération des "30 de l'Arctique"

Leur revendication : la libération des 30 militants arrêtés il y a un mois par les autorités russes pour avoir mené une action contre une palteforme pétrolière en mer de Barents. Ils sont accusés de "hooliganisme" et risquent jusqu'à sept ans de prison.

"Nous sommes là pour envoyer un message au gouvernement français, afin qu'il mette tout en oeuvre pour la libération des 28 militants et des deux journalistes ", a expliqué Cyrille Cormier, chargé de la campagne Energie à Greenpeace. "Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault doit se rendre en Russie la semaine prochaine. Nous lui demandons de mettre ce dossier à l'agenda " des discussions, a-t-il ajouté.

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.