Cet article date de plus de sept ans.

Des croisières en Arctique désormais possibles à cause du changement climatique

De grands paquebots de croisière peuvent aujourd'hui emprunter des passages proches du Groenland. La voie maritime est rendue navigable avec la hausse des températures et la fonte des glaces. 

Article rédigé par franceinfo, Grégoire Lecalot
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le passage du Nord-Ouest, entre le Pacifique et l'Atlantique est désormais ouvert.  (PHILIPPE ROY / PHILIPPE ROY)

Un passage mythique est désormais ouvert : celui du "nord-ouest", qui relie l'océan Pacifique à l'océan Atlantique, en passant entre les îles arctiques du Grand Nord Canadien. 

Voyage encore impossible ces dernières années, le paquebot Crystal Serenity est parti d'Anchorage en Alaska à la fin du mois d'août et va rallier New-York. Le périple dure un mois. 1.700 passagers (fortunés) ont embarqué. Le billet coûte de 19.000 dollars (16.950 euros) à 120.000 dollars (107.000 euros).

De manière générale, les pôles, nord et sud, attirent de plus en plus : 24.000 touristes se sont rendus dans l'archipel norvégien du Svalbard en 1993. Ils étaient 107.000 en 2013. 

Mais ce nouveau tourisme fait grincer des dents. "L'humanité est collectivement responsable de ce dérèglement climatique et là nous profitons des conséquences pour aller faire du tourisme dans ces régions. Nous continuons comme ça d'accélérer ces dérèglements climatiques", dénonce notamment Jean-François Julliard, le directeur de Greenpeace France. 

Nous profitons des conséquences du dérèglement climatique.

Jean-François Julliard

Greenpeace France

"Si ces croisières se multiplient, c'est prendre autant de fois le risque d'avoir un accident maritime dans ces régions, continue le défenseur de l'environnement. Avec en cas de naufrage, des rejets de polluants et de carburants dans des mers qui sont très difficiles d'accès, donc très difficiles à nettoyer."

Les croisières polaires. Reportage de Grégoire Lecalot.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.