Le faible enneigement de l'Himalaya menace l'approvisionnement en eau de près de 2 milliards de personnes, alerte un rapport

La neige et la glace de l'Himalaya constituent une source d'eau essentielle pour les 240 millions de personnes vivant dans les régions montagneuses et les 1,65 milliard d'autres personnes vivant dans les vallées dans plusieurs pays.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min
La chaîne de montagne Pir Panjal, en Inde, le 15 mars 2024. (NAZIM ALI KHAN / NURPHOTO / AFP)

Des commnautés en Inde, en Afghanistan ou encore au Pakistan dépendent de la fonte des neiges de l'Himalaya pour leur approvisionnement en eau. Or, en raison de la baisse des chutes observées, elles font face à un risque "très sérieux" de pénurie, a mis en garde un rapport publié lundi 17 juin par des scientifiques du Centre international pour le développement intégré des montagnes (Icimod), basé au Népal.

Selon l'Icimod, qui surveille l'enneigement dans la région depuis plus de 20 ans, "cette année, la persistance de la neige (18,5 % en dessous de la normale) est la deuxième plus faible des 22 dernières années, juste après le record de 19% établi en 2018", a déclaré à l'AFP l'auteur du rapport, Sher Muhammad. "Une accumulation de neige moins importante et une fluctuation des niveaux d'enneigement augmentent considérablement le risque de pénurie d'eau, en particulier cette année", a-t-il souligné, évoquant "un signal d'alarme pour les chercheurs, les décideurs politiques et les communautés [qui vivent] en aval."

Un quart du débit de 12 grands bassins fluviaux dépendant des chutes de neige 

La neige et la glace de l'Himalaya constituent une source d'eau essentielle pour les 240 millions de personnes vivant dans les régions montagneuses et les 1,65 milliard d'autres personnes vivant dans les vallées dans plusieurs pays, rappelle l'organisme. Dans cette région, la fonte des neiges alimente en effet environ un quart du débit total de 12 grands bassins fluviaux qui prennent leur source en altitude, selon le rapport.

Le bassin du Gange, qui traverse l'Inde, a par exemple connu la "persistance de la neige la plus faible" jamais enregistrée par l'Icimod, soit 17% de moins que la moyenne. En 2023, l'Icimid avait déjà tiré la sonnette d'alarme sur la situation en aval de l'Himalaya, démontrant dans un rapport qu'en raison du changement climatique causé par les activités humaines, les glaciers avaient fondu 65% plus vite entre 2011 et 2020 que lors de la décennie précédente.


Depuis le XIXe siècle, la température moyenne de la Terre s'est réchauffée de 1,1°C. Les scientifiques ont établi avec certitude que cette hausse est due aux activités humaines, consommatrices d'énergies fossiles (charbon, pétrole et gaz). Ce réchauffement, inédit par sa rapidité, menace l'avenir de nos sociétés et la biodiversité. Mais des solutions – énergies renouvelables, sobriété, diminution de la consommation de viande – existent. Découvrez nos réponses à vos questions sur la crise climatique.

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.