Jets privés : des militants d'Attac et d'Extinction Rebellion bloquent pendant une heure un terminal au Bourget

Ces deux associations écologistes voulaient dénoncer "les crimes climatiques des ultra-riches".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des militants d'Extinction Rebellion et d'Attac manifestent contre les jets privés, le 23 septembre 2022 au Bourget (Seine-Saint-Denis). (EMMANUEL DUNAND / AFP)

Ils veulent clouer ces avions au sol. Des militants d'Attac et d'Extinction Rebellion ont bloqué pendant une heure environ, vendredi 23 septembre, un terminal de l'aéroport du Bourget, près de Paris, mais pas les vols, pour dénoncer "les crimes climatiques des ultra-riches" qui utilisent des jets privés. "Les jets privés, c'est le symbole d'un mode de vie qui détruit la planète", a estimé sur place Annick Coupé, porte-parole de l'association Attac.

Une vingtaine d'activistes, vêtus de blouses blanches pour certains, s'étaient positionnés pour bloquer l'accès à un terminal qui a été recouvert de peinture rouge. Après environ une heure, ils ont été délogés et emmenés par la police pour la plupart d'entre eux. Une banderole dénonçant les "criminels climatiques" avait été déployée sur les lieux.

Une dizaine de militants en garde à vue

Vendredi soir, l'ONG altermondialiste avait fait savoir sur Twitter que "12 militant.e.s d'Attac et Extinction Rebellion [étaient] actuellement en garde à vue au commissariat de la Courneuve suite à notre action au Bourget".

L'action symbolique, dans cet aéroport qui se présente comme le premier aéroport d'affaires en Europe, s'est déroulée sous le regard d'importants effectifs de police et de gendarmerie. "Nous condamnons cette action et allons porter plainte", a déclaré à l'AFP une porte-parole du groupe ADP, gestionnaire des aéroports parisiens, dont celui du Bourget.

Très émetteurs de carbone par passager, les jets privés des milliardaires et célébrités sont l'objet d'une polémique relancée depuis quelques mois, les défenseurs de l'environnement appelant à leur encadrement voire à leur interdiction.

Un jet peut en effet émettre en cinq heures la quantité de CO2 émise par un Français moyen pendant une année entière, selon une étude de l'ONG spécialisée Transport & Environment publiée en mai 2021.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise climatique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.