Environnement : la tramontane perd son souffle à cause du changement climatique

Avec seulement 90 jours de tramontane relevés à Perpignan l'an passé, ce vent bien connu dans le sud semble s'affaiblir face au changement climatique. Cette baisse devrait s'accentuer d'après les scientifiques et pourrait menacer la faune et la flore locale.
Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Météo France n'a relevé que 90 jours de Tramontane à Perpignan en 2022, un record. (MICHEL CLEMENTZ / MAXPPP)

Georges Brassens avait "perdu la tramontane en trouvant Margot". Les Catalans, eux, pourraient bien perdre petit à petit leur vent fétiche, caractéristique du Languedoc, face au changement climatique. Comme le révèle France Bleu Roussillon, ce vent n'avait jamais si peu soufflé qu'en 2022 : à Perpignan l'année dernière, "nous n'avons enregistré que 90 jours de tramontane, un jour sur quatre. C'est un record depuis 1981", détaille Florence Vaysse, référente territoriale de Météo France pour le Languedoc et le Roussillon. En comparaison, les météorologues avaient relevé 122 jours de tramontane chaque année sur la période 1981-2010.

L'essoufflement ne date pas de 2022 : "depuis trois ans, le nombre de jours de tramontane est en-dessous de la moyenne", poursuit Florence Vaysse. Le phénomène est d'ailleurs accentué par les records de chaleur puisque "les deux phénomènes sont incompatibles".

"On ne peut pas avoir des épisodes de chaleur intense et durable et en même temps des situations de tramontane."

Florence Vaysse, ingénieure météorologue

à France Bleu Roussillon

Pour l'instant, rien ne dit que la baisse sera durable et que la tramontane doit disparaître définitivement. Mais une étude réalisée par plusieurs chercheurs, notamment du CNRM (Centre national de recherches météorologiques) et publiée en 2017 l'affirme, les scénarios utilisés amènent tous à "une baisse significative de la fréquence" de la tramontane d'ici 2100, sans changement en revanche sur la vitesse du vent. 

"Tout un écosystème menacé"

Cette perspective s'annonce dramatique pour la faune et la flore locale. Si la fréquence de la tramontane diminue, "c'est tout l'écosystème qui est menacé", analyse Pascal Conan, responsable du service d'observation du Laboratoire Arago, à Banyuls-sur-Mer dans les Pyrénées-Orientales, pour qui "la tramontane est absolument primordiale dans l'équilibre de la Méditerranée".

Le vent permet de refroidir et d'alourdir l'eau de la surface, et de faire ainsi remonter les eaux profondes gorgées de nutriments et de microalgues qui nourrissent les espèces marines. Avec une tramontane amoindrie, "ce processus risque de s'enrayer", alerte Pascal Conan, qui pointe le risque d'un appauvrissement de la biodiversité. 

>> L'article à lire pour comprendre la crise de la biodiversité, qui menace l'avenir de nos sociétés

La situation fait aussi planer la menace sur les cultures locales. Comme le rappelle France Bleu Roussillon, les propriétés asséchantes de la tramontane permettent d'assurer la bonne vitalité des vergers d'abricots, de cerises ou encore de nectarines. C'est également "un médicament naturel" assure Pierre Hylari, président des Jeunes agriculteurs des Pyrénées-Orientales. Pour ce viticulteur, "ce vent est positif car il limite les contaminations provoquées par l'humidité."

Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.