Climat : les écologistes déposent une proposition de résolution en faveur d'un traité international de non-prolifération des énergies fossiles

"Les énergies fossiles doivent rester dans le sol si on veut avoir une chance d'atteindre les objectifs de l'Accord de Paris", a affirmé Yannick Jadot ce vendredi.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Yannick Jadot s'exprime lors du sommet de la construction organisé par la Fédération française du bâtiment (FFB) à Paris, le 21 octobre 2021. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Yannick Jadot, candidat à la présidentielle de 2022, et les parlementaires écologistes, menés par le député Matthieu Orphelin, prévoient de déposer à l'Assemblée nationale, vendredi 29 octobre, une proposition de résolution pour sortir des énergies fossiles au niveau mondial, "un des principaux leviers pour lutter contre le changement climatique", qu'ils porteront à l'occasion de la COP26, qui débute dimanche à Glasgow, en Écosse, selon les informations recueillies par franceinfo.

Pour cela, ils invitent le gouvernement à élaborer un traité international de non-prolifération des énergies fossiles visant à "interdire toute exploration et toute nouvelle exploitation de pétrole, de gaz et de charbon" à l'étranger. Seule une action coordonnée, pouvant être impulsée par la France, peut permettre d’engager réellement la sortie mondiale des énergies fossiles, tout comme cela avait pu être fait pour le traité sur la non-prolifération des armes nucléaires en 1968", indiquent les députés écologistes dans leur résolution.

"Les énergies fossiles doivent rester dans le sol si on veut avoir une chance d'atteindre les objectifs de l'Accord de Paris pour limiter à 1,5 degré le réchauffement à la fin du siècle", a ajouté Yannick Jadot, lors d'une conférence de presse en ligne vendredi matin. "Au rythme où l'on est, on atteindra 1,5 degré à la fin de la décennie", a-t-il déploré, estimant que "c'est aujourd'hui qu'il faut agir sur les économies d'énergies, la maîtrise de l'énergie et le déploiement des énergies renouvelables".

Yannick Jadot veut mettre en place un ISF climatique

Avec cette résolution, les écologistes souhaitent également inciter le gouvernement à contraindre les acteurs financiers et les investisseurs à sortir des énergies fossiles. "Il n'y a pas de fatalité, il faut sortir du conformisme et de la complaisance vis-à-vis des lobbys qui nous empêchent d'avoir des réponses à la hauteur du défi climatique", a poursuivi l'eurodéputé.

Yannick Jadot prévoit d'ailleurs, s'il est élu à la présidentielle, d'acter la fin des subventions publiques aux énergies fossiles, de créer une commission d’enquête à l’Assemblée nationale sur "l’imbrication des liens potentiels entre l’État et le groupe pétrolier Total", de mettre en place un "ISF climatique" pour inciter à investir dans les produits financiers responsables et "désinvestir des biens néfastes pour le climat". Enfin, ils souhaitent accompagner les ménages les plus fragiles dans la sortie des fossiles, "afin de s’affranchir des aléas des prix des énergies fossiles notamment via la rénovation des logements et l’aide à l’acquisition de véhicules propres".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers COP26

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.