Cet article date de plus de six ans.

COP21 : à Bonn, urgences climatiques et psychodrames diplomatiques

Réunis à Bonn en Allemagne depuis le début de semaine, les négociateurs des 195 pays avaient jusqu’à ce vendredi pour faire avancer la rédaction du texte du futur accord de Paris. Mais les choses n'ont pas vraiment avancé et tout cela ressemble plutôt à du grand cinéma.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Les négociateurs réunis à Bonn (Suisse) le 20 octobre © MaxPPP)

Cela ressemble à une pièce de la commedia dell'arte. Depuis le début de la semaine les négociateurs de 195 pays et de la société civile, réunis pour préparer l'accord qui sera présenté dans six semaines aux chefs d'Etat lors de la COP 21, n'ont pas vraiment avancé. Ils ont réuni tous les ingrédients des scénarios habituels des psychodrames diplomatiques de l'ONU.

A LIRE AUSSI ►►► Expliquez nous... la COP21

Des négociateurs qui procrastinent

D'un côté il y a les pays émergents qui tapent du point sur la table en disant que les pays riches ne font pas assez d’efforts. D'un autre les associations qui sont exclues de la discussion. Et enfin les négociateurs se plaignent de ne pas pouvoir avancer assez vite. Mais c'est à se demander s’il n’y a pas des séminaires de procrastination (le fait de remettre à demain ce qu’on peut faire le jour même).

Les questions politiques centrales, éludées

Il était clair qu’à Bonn les questions politiques comme la part des financements ou les efforts pour réduire la pollution ne seraient pas tranchés. Mais même le mot "énergie" n’est pas dans le texte. Renouvelables ou fossiles, c'est trop tabou.

Les négociateurs avaient déjà connaissance depuis trois semaines du brouillon sur lequel ils allaient travailler cette semaine. Mais il a fallu attendre l’ouverture de ces discussions à Bonn pour l’amender. Beaucoup de temps précieux perdu, alors que de nombreux chefs d’Etat ont les mots "urgences climatiques" à la bouche.

"On a l'impression que les négociateurs sont totalement hors sol, déconnectés de ce qui se passe dans la vraie vie. Ils passent leur temps à discute de virgules, de formulation, de poids de conjugaison. Il n'y a même pas le mot énergie dans ce texte" proteste Jean-François Julliard de Greenpeace.

"C'est sidérant et indécent parfois quand on pense aux victimes de plus en plus nombreuses du dérèglement climatique" (Jean-François Julliard)
écouter

Même si les négociateurs ont travaillé toute la nuit, ils renvoient déjà la balle aux ministres que Laurent Fabius doit réunir début novembre à Paris. On verra si les politiques font mieux que les diplomates.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.