Cet article date de plus de huit ans.

Le réchauffement climatique en "pause", selon une étude

La température moyenne à la surface du globe a tendance à se stabiliser depuis quinze ans, constatent les climatologues.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Vue satellite de la Terre capturée par un satellite de l'agence spatiale américaine le 12 juin 2013. (ANN RONAN PICTURE LIBRARY / NASA / AFP)

Comment expliquer le ralentissement du réchauffement de la planète observé depuis quinze ans ? Des climatologues étayent une hypothèse dans un article publié mercredi 28 août dans la revue scientifique Nature (en anglais). D'après Yu Kosaka et Shang-Ping Xie, de l'université de San Diego, en Californie (Etats-Unis), cette "pause" du réchauffement est liée au refroidissement récent d'une partie de l'océan Pacifique.

La planète vient de vivre, en moyenne, sa décennie la plus chaude depuis le début des relevés de températures en 1880. La température mondiale a grimpé en moyenne de près d'un degré depuis la fin du XIXe siècle. Mais en dépit d'une concentration toujours plus élevée de gaz à effet de serre (d'origine humaine) dans l'atmosphère, la température moyenne à la surface du globe a tendance à se stabiliser.

Selon les auteurs de l'étude, la prise en compte du refroidissement du Pacifique tropical-est dans les modèles climatiques permet de "réconcilier les simulations climatiques et les observations". Ils ont procédé à de nouveaux calculs en intégrant les relevés liés à cette zone, qui ne représente que 8,2% de la surface de la Terre, et constaté que leurs "modèles reproduisent la température moyenne annuelle du globe" entre 1970 et 2012.

Yu Kosaka et Shang-Ping Xie estiment toutefois que la stabilisation actuelle n'est que temporaire. Et même si cette "pause" peut se reproduire à l'avenir, la tendance au réchauffement "va très probablement se poursuivre, avec l'augmentation des gaz à effet de serre".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.