Cet article date de plus d'un an.

Grèves scolaires pour le climat : les jeunes reprennent les marches ce vendredi

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min
Quatre ans après la création du mouvement de grève scolaire Fridays for Future par l’activiste suédoise Greta Thunberg, des milliers de jeunes vont à leur tour sécher les cours ce vendredi 23 septembre 2022 pour alerter sur l’urgence climatique. Plus de 700 rassemblements sont attendus à travers le monde, dont plusieurs dizaines rien qu’en France : Paris, Grenoble, Lille, Bordeaux, Marseille, Caen… La chronique “1 planète, des solutions”, réalisée par NOWU en partenariat avec France Info, fait le point sur ces mobilisations.
Chronique 1 planète des solutions 23.09 Quatre ans après la création du mouvement de grève scolaire Fridays for Future par l’activiste suédoise Greta Thunberg, des milliers de jeunes vont à leur tour sécher les cours ce vendredi 23 septembre 2022 pour alerter sur l’urgence climatique. Plus de 700 rassemblements sont attendus à travers le monde, dont plusieurs dizaines rien qu’en France : Paris, Grenoble, Lille, Bordeaux, Marseille, Caen… La chronique “1 planète, des solutions”, réalisée par NOWU en partenariat avec France Info, fait le point sur ces mobilisations. (France Info)
Article rédigé par NOWU
France Télévisions

Des centaines de grèves étudiantes pour le climat sont organisées ce vendredi un peu partout en France et dans le monde. La chronique “1 planète, des solutions”, réalisée par NOWU en partenariat avec France Info, fait le point sur ces mobilisations.

Quatre ans après la création du mouvement de grève scolaire Fridays for Future par l’activiste suédoise Greta Thunberg, des milliers de jeunes vont à leur tour sécher les cours ce vendredi 23 septembre pour alerter sur l’urgence climatique. 

Au total, plus de 700 rassemblements sont attendus à travers le monde, dont plusieurs dizaines rien qu’en France : Paris, Grenoble, Lille, Bordeaux, Marseille, Caen… 

La montée de l’éco-anxiété

Pablo Flye et Alice Dubois, tous deux porte-paroles de la branche française de Fridays for Future, détaillent leurs revendications : “Nous voulons montrer aux dirigeants et dirigeantes politiques et économiques les attentes de notre génération en matière de lutte contre le réchauffement climatique. Et nous voulons dire que nous attendons d’eux une rupture dans la manière de gérer cette crise.

Si la question climatique inquiète une grande partie des Français, les jeunes sont particulièrement touchés : 71% des 15-17 ans déclarent avoir peur de l’avenir, contre 67% de la population générale, selon une récente étude menée par Qare. Pour plus d’un jeune sur trois, ces éco-émotions négatives impactent même leur santé mentale. 

Une meilleure formation aux enjeux environnementaux

Pablo et Alice ajoutent : “Nous voulons également être préparés par l’école à faire face à cet enjeu majeur. Et aucune formation ne doit plus nous préparer à un métier incompatible avec la lutte contre le réchauffement climatique. Nous devons être écoutés car c’est notre avenir qui est en jeu. Nous voulons vivre, et pas survivre.

La question climatique est déjà abordée dans certaines matières du secondaire, comme la SVT, la géographie ou les sciences économiques et sociales. Elle se fait en revanche plus discrète dans l’enseignement supérieur : seulement 11% des formations abordent systématiquement la question climatique dans leur tronc commun, selon un rapport du Shift Project publié en 2019.

Une solution serait de donner les moyens aux enseignants de davantage aborder le sujet avec leurs élèves, quelle que soit la matière enseignée. Certains établissements du supérieur ont aussi fait le choix de rajouter des heures dédiées à l’environnement dans leurs cursus.

NOWU c’est le média positif pour s’informer et se bouger pour la planète ! Sa mission : permettre aux jeunes Européens de devenir des acteurs face aux défis environnementaux grâce à des contenus déculpabilisants et tournés vers les solutions.

Consultez lamétéo
avec
voir les prévisions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.