VIDEOS. Paris : du faux sang déversé au Trocadéro pour dénoncer le déclin de la biodiversité

L'action a été menée dimanche par des membres du mouvement Extinction Rebellion.

Du faux sang déversé par des militants d\'Extinction Rebellion, le 12 mai 2019, sur les marches du Trocadéro à Paris.
Du faux sang déversé par des militants d'Extinction Rebellion, le 12 mai 2019, sur les marches du Trocadéro à Paris. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Des membres du mouvement Extinction Rebellion sont venus déverser du faux sang sur les marches du Trocadéro à Paris, dimanche 12 mai, pour alerter contre le déclin accéléré de la biodiversité.

Vêtus de noir, les militants, des jeunes gens pour la plupart, s'étaient munis de 300 litres de liquide rouge – un mélange de colorant alimentaire et de maïzena. Ils ont déversé leurs bidons sous les yeux des touristes nombreux et des policiers présents dans le secteur. Porteurs de grandes banderoles vertes "Extinction Rebellion" et d'un calicot noir "Stop à la 6e extinction de masse", ils se sont recueillis plusieurs minutes en silence. Avant de commencer à nettoyer les marches.

"Chirac reviens" à Bordeaux

A Bordeaux, six personnes se revendiquant du même mouvement ont été placées en garde en vue dimanche pour avoir participé à l'accrochage, dans la nuit, d'une grande banderole "Chirac reviens" sur des échafaudages de la Chambre de Commerce et d'Industrie, place de la Bourse, haut lieu touristique. Une allusion au célèbre discours de l'ancien chef de l'Etat au Sommet de la Terre de 2002 : "Notre maison brûle et nous regardons ailleurs".

Extinction Rebellion France s'est structuré ces derniers mois, sur le modèle du mouvement né à l'automne 2018 en Grande-Bretagne et qui prône la désobéissance civile non violente pour contraindre gouvernants et responsables à répondre à la crise climatique et écologique.

Selon le dernier rapport des experts de l'ONU sur la biodiversité (IPBES), publié lundi, un million d'espèces – sur 8 millions – sont menacées d'extinction, dont beaucoup dans les prochaines décennies.