Vacances : à Lyon, la "Société Protectrice des Végétaux" bichonne les plantes laissées seules pendant l'été

Vous partez en congés, mais avez-vous pensé à vos plantes ? À Lyon, une société de gardiennage propose ce service original afin de lutter contre le gaspillage et la maltraitance végétale.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des plantes prennent la lumière en intérieur. Photo d'illustration. (KSENIYA OVCHINNIKOVA / MOMENT RF / GETTY IMAGES)

"Ce sont des Calathea en majorité, ces trois-là, et la petite, c'est un dérivé d'orchidées." Plantes sous le bras, Stéphanie est venue déposer ses "bébés" pour le temps de ses vacances. L'été dernier, la jeune femme avait mandaté son voisin pour arroser ses plantes, mais il les a laissés griller. Alors, cette année, elle a préféré confier les plus fragiles à un professionnel. "Elles nécessitent quand même des soins un peu quotidiens", reconnaît-elle.

Prix du gardiennage : 20 euros pour un mois. Et c'est chez Nicolas Talliu, fondateur de la Société protectrice des végétaux (SPV). Le gardiennage est une de ses activités avec une philosophie commune : la lutte contre la maltraitance végétale. "Quand vous achetez une plante, vous avez les mêmes responsabilités que quand vous achetez un animal, juge-t-il. C'est de dire : 'J'ai pris l'engagement d'avoir quelque chose de vivant, il faut que derrière, je respecte l'arrosage, que je respecte les conditions, que je sois un peu à son écoute'. Les gens qui cautionnent ça viennent me voir spontanément."

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Societé Protectrice Des Végétaux - S.P.V. (@spv.plantes)

Des conseils avisés

Qui dit gardien de plantes professionnel dit compétences. Nicolas est un ancien pépiniériste, ancien conseiller en vente et paysage. Et il ne fait pas seulement du gardiennage, il conseille également ses clients. "Je vais toujours redonner un petit débrief à l'entrée ou à la sortie des plantes, raconte-t-il. La dernière fois, quelqu'un m'a déposé une plante et m'a dit qu'il venait de la rempoter, et en arrivant ici, j'ai vu qu'elle était complètement moisie." Il s'est alors permis de changer le pot, qui n'était pas troué. Une petite erreur qui peut être fatale "surtout avant les vacances", sourit-il. "C'est un coup à revenir et se dire qu'il ne fallait pas partir et en fait, il ne fallait surtout pas rempoter...", souffle Nicolas.

Les pensionnaires occupent les bureaux, les escaliers, les meubles, les pas de porte de la halle des Girondins, un immense espace de travail commun. Nicolas modifie l'exposition des plantes selon ce qu'il observe chez elles.

"Une de mes premières clientes adore m'envoyer ses plantes parce qu'à chaque fois, elle les retrouve en meilleure santé. Elle me dit 'Je ne sais pas ce que je leur fais, mais si je reviens et qu'elles sont belles, c'est plus agréable de rentrer chez soi'."

Nicolas Talliu, fondateur de la Société protectrice des végétaux

à franceinfo

Et comme pour l'animal de compagnie, il envoie des nouvelles de ses protégées sur le compte Instagram de la société. Toute l'année, avec sa Société protectrice des végétaux, Nicolas Tallieu récupère des plantes vouées à la benne et leur offre une nouvelle vie, les revend à des particuliers qu'il aiguille dans leurs soins. Un passionné qui ne prend, donc, jamais de vacances l'été.

À Lyon, une société bichonne vos plantes pendant que vous partez en vacances - Reportage de Mathilde Imberty
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Biodiversité

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.