Savoie : enquête ouverte suite à l’empoisonnement de plusieurs animaux dans le parc de la Vanoise

Publié
Savoie : enquête ouverte suite à l’empoisonnement de plusieurs animaux dans le parc de la Vanoise
FRANCE 2
Article rédigé par
D.Sébastien, P.Fivet, B.Parayre, D.Attignault - France 2
France Télévisions

Dans le parc de la Vanoise en Savoie, deux loups et des Gypaètes barbus ont été empoisonnés par un puissant insecticide. Ce sont pourtant des espèces protégées. Reportage.

Le parc de la Vanoise (Savoie) est un sanctuaire pour la faune sauvage et tout un espace où la préservation de la nature est maximale. Et pourtant deux loups, une espèce protégée, ont été retrouvés morts, empoisonnés. C’était au printemps dernier. L’autopsie a révélé la présence d’un puissant insecticide dans leur cadavre.

Les deux rapaces seraient des victimes collatérales du loup

Un mois plus tard, deux Gypaètes barbus sont à leur tour retrouvés morts, victimes du même poison. Ces rapaces, protégés eux aussi, nichaient dans une falaise en Haute Maurienne. Qui a pu disperser le poison dans la montagne et pourquoi ? Une enquête a été ouverte et une plainte a été déposée. Le Gypaète barbu est un grand rapace, de trois mètres d’envergure, un charognard qui se nourrit seulement de cadavres d’animaux, donc sa présence est plutôt bien acceptée. Les deux rapaces seraient des victimes collatérales du loup.  

Parmi nos Sources

- article du Monde (payant)
https://www.lemonde.fr/planete/article/2022/01/30/des-animaux-proteges-empoisonnes-dans-le-parc-national-de-la-vanoise_6111560_3244.html
- page du site du Parc National de la Vanoise sur les populations de GYPAETES barbus
http://www.vanoise-parcnational.fr/fr/des-actions/gerer-et-proteger-les-patrimoines/la-faune/objectif-gypaete/les-couples-de-gypaetes

- Pages de l’Office Français de la biodiversité sur le loup en France 
https://www.loupfrance.fr/le-loup/
- Federation nationale ovine / point de vue des éleveurs sur la présence du loup 
https://www.leseleveursfaceauxpredateurs.fr/

Liste non exhaustive

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.