Indonésie : le dragon Komodo, une espace rare menacée par l'homme et le dérèglement climatique

Publié Mis à jour
Indonésie : le dragon Komodo, une espace rare menacée par l'homme et le dérèglement climatique
France 2
Article rédigé par
A.Forget, M.Fortunato, U. Cailloux, E.Nickmatulhuda - France 2
France Télévisions

Les dragons de Komodo sont emblématiques de l'archipel du même nom, où ils vivent depuis des millénaires en cohabitation avec l'homme. Certains habitants dénoncent la création d'un parc animalier où ils seraient enfermés, d'autant plus que leur habitat est déjà menacé par le réchauffement climatique. 

Posé sur des eaux turquoise aux confins de l'Océan Indien, l'archipel de Komodo en Indonésie, offre des paysages paradisiaques, entre îles verdoyantes et baies bordées de sable blanc. Elles ont donné leur nom au dragon de Komodo, dernier reptile survivant des dinosaures. L'espèce peuple ces terres depuis des millénaires. Les habitants disent même qu'ils sont faits du même sang que l'animal, et parlent le même langage. Les dragons de Komodo attirent les touristes du monde entier. Avant la pandémie, ils étaient près de 200 000 chaque année à venir les observer. 

Une espèce en danger 

Rares, les dragons de Komodo sont désormais en danger. Il y a trois mois, ils ont été placés sur la liste rouge des espaces menacées. À cause du réchauffement climatique et de la montée des eaux, 30% de leur habitat pourrait disparaître d'ici la fin du siècle. Gregorius Afioma, militant écologiste originaire de l'archipel, se bat depuis six ans pour la protection des dragons de Komodo. "Les dragons de Komodo ne sont pas censés vivre sur les collines, mais plutôt sur les plaines près de la mer. Avec la montée des eaux cet habitat risque de disparaître, et les dragons de Komodo auront moins d'endroits où aller", détaille-t-il.

Plusieurs habitants dénoncent également un vaste projet touristique de parc animalier, où les Komodo seront enfermés dans des enclos. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.