Hérault : une centaine d'arbres empoisonnés volontairement, le conseil départemental dépense 100 000 euros pour les déraciner

Souvent, "ce sont des arbres qu'on nous a demandé d'enlever et qu'on a refusé", déplore le conseil départemental. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un appel à témoins lancé par la mairie de Faugères pour faire avancer l'enquête de gendarmerie.





 (STEFANE POCHER / RADIO FRANCE)

Depuis le début de l'année 2020 dans l'Hérault, plus d'une centaine d'arbres ont été détruits à la suite d'empoisonnements, rapporte France Bleu Hérault dimanche 8 novembre. Ce phénomène, déjà constaté depuis plusieurs années, progresse selon les élus du département. Le maire de Cazouls-lès-Béziers et président de la commission de gestion de plantation du conseil départemental, Philippe Vidal, dénonce "la bêtise humaine".

Des trous à la perceuse dans les troncs

Sur la commune de Faugères, l'empoisonnement de sept platanes a été constaté dernièrement. Des trous discrets sont percés à la base du tronc pour y injecter une substance nocive qui rend l'arbre malade en quelques mois. Fragilisé, il y a un risque de chute, l'abattage devient alors indispensable. Pour déraciner un arbre, le département investit 1 000 euros.

Les riverains se disent scandalisés par ces empoisonnements. "Ce sont des assassins", dénonce une habitante de Faugères. Pour certains, les vandales agissent pour avoir une vue plus dégagée. Philippe Vidal, qui préside la commission chargée des arbres, estime que "dans la plupart des cas, ce sont des arbres qu'on nous a demandé d'enlever et qu'on a refusé".

Une trentaine de plaintes ont déjà été déposées depuis le début de l'année par le conseil départemental, qui a investi 100 000 euros pour déraciner les arbres empoisonnés. Mais les enquêtes n'aboutissent pas, faute de preuve. Les contrevenants sont passibles d'une amende et d'une peine de prison.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.