Environnement : à Marseille, des oiseaux formés au ramassage des déchets

Une start-up marseillaise teste actuellement une machine qui encourage les oiseaux à ramasser et rapporter des "micro-déchets" en échange de nourriture. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Une start-up marseillaise s’apprête à lancer un distributeur high-tech permettant aux corbeaux de ramasser des déchets pour nous (illustration) (FELIX K?STLE / DPA)

Les mégots, les plastiques sont un poison pour l’environnement ; leur collecte est un casse-tête. Une start-up marseillaise s’apprête à lancer un distributeur high-tech permettant aux pies, corbeaux et autres corneilles, voire aux pigeons de les ramasser pour nous. Cette machine est actuellement testée par le CNRS.

Jules Mollaret, co-fondateur de Birds for Change, a commencé par étudier toutes les expériences menées sur des oiseaux partout dans le monde avant de concevoir sa machine. "Ça fonctionne comme une poubelle. L’oiseau arrive, dépose un déchet à l’intérieur. À chaque fois, cette machine analyse le déchet grâce à l'intelligence artificielle et donc une caméra. Après, par système de mimétisme, les autres oiseaux aux alentours se mettent à faire ce geste-là."

"Si le déchet est reconnu, la machine délivre une récompense aux oiseaux, à savoir de la nourriture."

Jules Mollaret

à franceinfo

Exposé simplement, ce projet peut sembler loufoque. Or, un prototype est actuellement testé par des scientifiques à Strasbourg. "Si on travaille avec des corbeaux freux, par exemple, une espèce sociale, ils vont être tous les uns à côté des autres" analyse Valérie Dufour, chercheuse au CNRS et spécialiste du comportement des corvidés. "Le fait d’en voir un récupérer la nourriture ça va en attirer quelques-uns. Ils vont du coup regarder, voir que manipuler les petits déchets ça sert à quelque chose. Ça peut être utile. Ils vont être influencés par les autres. On a vite 20, 30 oiseaux qui vont pouvoir être tous autour de la boîte, à essayer de récupérer des graines. Donc on va voir à quel point c’est quelque chose qui peut se transmettre socialement. Qu'est-ce qui fait que chaque individu apprend à utiliser cette boîte ?"

Des entrepreneurs croient en ce projet

Autre preuve s'il en fallait, du sérieux du projet, il est désormais accompagné par un collectif de patrons mobilisés pour la défense de l'environnement. Pour Christophe Caille, président d'Entrepreneurs pour la planète, "la grande vision, c'est de transformer tous les dirigeants de la planète pour qu'ils se mettent en action et qu'ils deviennent le bras armé de la transition écologique. Faire en sorte qu'enfin, on remette l'entreprise au cœur parce que c'est elle qui produit, qui développe, qui conçoit les produits qu'on consomme tous les jours. Ce n'est pas les associations et les ONG, même si elles font un travail extraordinaire".

La fin de la phase expérimentale est prévue dans quatre mois avec le déploiement des premiers prototypes dans les villes. Les corbeaux et autres corneilles ne vont peut-être plus être considérés comme des nuisibles.

Des oiseaux pour ramasser des déchets : écoutez le reportage d'Olivier Martocq à Marseille
--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.