Chasse à l’oie cendrée prolongée : la LPO "effarée" par "cette obsession à tuer" en pleine "période de reproduction"

Allain Bougrain-Dubourg, le président de la Ligue pour la protection des oiseaux, est en colère après le gouvernement, qui a prolongé la chasse à l'oie cendrée jusqu'au 28 février. 

Une oie cendrée, près d\'un plan d\'eau.
Une oie cendrée, près d'un plan d'eau. (CHRISTIAN PUYGRENIER / PUY / AFP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

"Il ne faut pas avoir un double langage, d’un côté avoir des larmes de crocodile pour constater le déclin de la biodiversité et de l’autre participer au massacre", a réagi sur franceinfo jeudi 31 janvier, Allain Bougrain-Dubourg, président de la Ligue pour la protection des oiseaux, alors que la chasse à l'oie cendrée a été prolongée jusqu'au 28 février. La LPO va attaquer cet arrêté en référé devant le Conseil d’État, "dans l’intérêt des oiseaux". Allain Bougrain-Dubourg se dit "effaré" par "cette obsession à tuer, tuer toujours plus, tuer jour et nuit", alors que "la période de reproduction est engagée".

franceinfo : La chasse à l'oie cendrée a été prolongée jusqu'au 28 février. Pourquoi est-ce grave ?

Allain Bourgrain-Dubourg : Je suis effaré devant cette obsession à tuer, tuer toujours plus, tuer jour et nuit, alors que la chasse doit fermer conformément à ce que préconise la directive de l’Union européenne, qui est dans sa logique : on ne tue pas lorsque la période de reproduction est engagée. Ce qui est le cas. Cela fait 11 fois que, devant le Conseil d’État, on fait retoquer toutes ces décisions ou arrêtés qui viseraient à faire des cadeaux supplémentaires [aux chasseurs]. Ce n’est pas sérieux. François de Rugy [ministre de la Transition écologique] ne tient pas compte non plus de la consultation publique qui s’oppose à la prolongation de cette chasse.

Dénoncez-vous une mesure pro-chasse ?

Incontestablement. Le président Macron a promis qu’il allait "renaturer" les chasses présidentielles qui avaient été abolies par Jacques Chirac. Les 400 euros qui passent à 200 euros pour le permis de chasse. Qui va payer le différentiel ? C’est nous les citoyens. Il ne faut pas avoir un double langage, d’un côté avoir des larmes de crocodile pour constater le déclin de la biodiversité et de l’autre participer au massacre.

L’oie cendrée est une espèce dont l’état de conservation est "favorable", selon le ministère de l’Écologie. L’argument ne tient pas, selon vous ?

Non, on est en période de reproduction. Et alors, on va tuer tout ce qui bouge, les pinsons, les chardonnerets ? On va tirer dessus parce que ça va bien ? Mais où on est là ? C’est féodal. C’est un double langage qui n’est pas acceptable. On va attaquer en référé devant le Conseil d’État et on espère gagner, dans l’intérêt des oiseaux.