Cet article date de plus d'un an.

Brésil : les îles Cagarras, un sanctuaire de biodiversité unique au monde

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 5 min.
Brésil : les îles Cagarras, un sanctuaire de biodiversité unique au monde
FRANCE 2
Article rédigé par
F. Lothaire, L. Raulais Images aquatiques : A. Bertoncini, A. Machado, F. Morae Projeto Ilhas de Rio, C. Salles - France 2
France Télévisions

L'archipel des Cagarras, au large de Rio de Janeiro, au Brésil, abrite des espèces marines protégées et un site de reproduction d'oiseaux unique en Atlantique. Ce refuge de biodiversité est menacé par les déchets et la pêche. 

Au large de la baie mythique de Copacabana, l'archipel des Cagarras forme un rempart contre les vents forts de l'Atlantique et semblent protéger Rio de Janeiro (Brésil). Ces îles sont un sanctuaire de biodiversité, qu'il n'est pas possible de visiter. Pour en profiter, il est possible de faire une balade en pédalo ou en paddle au large de ces îlots protégés, qui viennent d'être inscrites au patrimoine mondial "hope spot". Il s'agit de l'un des 130 refuges naturels dans le monde à être porteurs d'espoir et de renouveau de la faune et de la flore. 

Une biodiversité en danger

Le titre a été obtenu grâce au travail méticuleux des biologistes. Ces chercheurs sont les seuls à pouvoir pénétrer sur l'île pour étudier les oiseaux locaux, comme les frégates, dont les mâles déploient leur gorge rouge en période de reproduction. Ces volatiles au bec blanc construisent leur nid avec ce qu'ils trouvent dans l'environnement, notamment des déchets plastiques. "Ça c'est un flacon de vernis, rien que ce petit bout de verre, si le soleil réverbère, cela peut mettre le feu au plus grand site de reproduction des frégates en Atlantique du sud", explique un biologiste. Un site archéologique d'une grande valeur pour les peuples primitifs a même été découvert sur l'une des îles. Les fonds marins de ces îles abritent également plus de 500 espèces de poissons, invertébrés, et coraux, dont certaines menacées d'extinction. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.