Cet article date de plus de deux ans.

Biodiversité : le gouvernement présente un plan national de lutte contre les espèces exotiques envahissantes

Ces espèces animales et végétales, introduites par l'homme hors de leur milieu habituel, peuvent être porteuses de pathogènes et sont difficiles à éradiquer une fois installées. 

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Un frelon asiatique à Loué (Sarthe), le 14 septembre 2019. (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

Seraient concernés le ragondin, le frelon asiatique, la jussie rampante ou encore la tourterelle turque en Guadeloupe et la liane papillon à La Réunion. La secrétaire d'Etat chargée de la Biodiversité, Bérangère Abba, a présenté mardi 15 mars un plan national de lutte contre les espèces exotiques envahissantes. Ce plan couvre la période 2022-2030, précise le ministère de la Transition écologique dans un communiqué.

Le rapport des experts de l'ONU sur la biodiversité de 2019 classe les espèces exotiques envahissantes parmi les cinq principaux coupables de la destruction de la nature, derrière l'utilisation des terres, l'exploitation directe des ressources, le changement climatique et la pollution.

Mise en place de 500 opérations "coup de poing"

"En France, cette menace est particulièrement forte dans les îles et en outre-mer" et se renforce avec le changement climatique, poursuit le ministère. Ces espèces animales et végétales, introduites par l'homme hors de leur milieu habituel, menacent la biodiversité, peuvent être porteuses de pathogènes et sont difficiles à éradiquer une fois installées. 

Le plan gouvernemental table sur "la prévention et l'action en amont", en sensibilisant les particuliers et les structures possédant des espèces exotiques envahissantes, avec l'élaboration de guides pratiques sur ces espèces, en renforçant les contrôles et en s'assurant "de la bonne application des dispositions législatives et réglementaires".

Un programme exceptionnel de 500 opérations "coup de poing" sera mis en place de 2022 à 2025. Il sera doté de 1,5 million d'euros la première année de la part du ministère pour lutter contre des espèces susceptibles de s'installer. Un arrêté sera mis en consultation "afin de poser des restrictions au commerce, à la détention et au transport d'espèces comme le crabe bleu, la crassule de Helms, la moule Quagga ou encore le frelon oriental", précise le ministère.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.