Antarctique : nouvel échec du sauvetage du navire russe

Le MV Akademik Shokalskiy est bloqué depuis mardi dernier dans la glace à une centaine de milles à l'est de la base française Dumont d'Urville. En raison du blizzard, une tentative d'approche par un brise-glace australien a échoué ce lundi.

(Reuters)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Le blizzard est de nouveau de la partie. Déjà responsable,
avec la glace, de l'emprisonnement de l'Akademik Chokalski, ce navire battant
pavillon russe et coincé depuis six jours en Antarctique
, l'épais brouillard a contraint ce
lundi un brise-glace australien à rebrousser chemin. En raison d'une trop
faible visibilité, l'Aurora Australis a dû repartir vers des eaux libres de
glace après s'être approché à moins de vingt kilomètres de l'Akademik Chokalski.

Cette tentative de sauvetage n'était pas la première. Un
brise-glace chinois, le Snow Dragon, avait déjà tenté d'approcher les naufragés ces derniers jours.
En vain, puisque la glace était trop épaisse pour lui. Un bateau français, l'Astrolabe, a lui-aussi constaté qu'il ne pouvait pas s'approcher de la zone.

Cependant, le navire chinois est équipé d'un hélicoptère. L'appareil pourrait servir à hélitreuiller
les 74 personnes à bord de l'Akademik Chokalski, mais est pour l'instant cloué
sur le pont, en raison des conditions climatiques. "On ne peut pas faire
voler un hélicoptère dans ces conditions. Il n'y a fondamentalement rien à
faire à ce stade
", a dit Lisa Martin, porte-parole de la marine
australienne, qui coordonne les secours.

Aux dernières nouvelles la cinquantaine de passagers, des chercheurs et des touristes,
ainsi que les 22 marins, se portent bien. "Il paraît certain qu'ils
passeront le Nouvel An sur le bateau
", a déclaré Lisa Martin.