Cet article date de plus d'un an.

Vidéo Elle limite la pollution des sols grâce aux plantes

Publié
Dépolluer les sols grâce aux plantes, c’est désormais possible. C'est le défi que s’est lancé Manon Poncato, responsable des projets urbains chez Biomède. La jeune femme cherche à protéger les écosystèmes en limitant l’accumulation de métaux lourds dans la terre.
VIDEO. Elle limite la pollution des sols grâce aux plantes Dépolluer les sols grâce aux plantes, c’est désormais possible. C'est le défi que s’est lancé Manon Poncato, responsable des projets urbains chez Biomède. La jeune femme cherche à protéger les écosystèmes en limitant l’accumulation de métaux lourds dans la terre. (brut)
Article rédigé par Brut.
France Télévisions

Dépolluer les sols grâce aux plantes, c’est désormais possible. C'est le défi que s’est lancé Manon Poncato, responsable des projets urbains chez Biomède. La jeune femme cherche à protéger les écosystèmes en limitant l’accumulation de métaux lourds dans la terre.

Plomb, cuivre, arsenic… En campagne comme en ville, les sols sont composés de métaux lourds qui participent à une pollution invisible et difficilement détectable. Brut a suivi Manon et sa start-up, qui dépolluent les sols avec des plantes. Pour la jeune femme, la pollution des sols par les métaux lourds est un réel problème de “santé publique”, mais également une source de danger pour l’environnement. 

La pollution, c’est un peu plus difficile à comprendre quand on parle de choses invisibles

D’après l’ONU, un tiers des sols du monde est déjà considéré comme "détérioré". Pour Manon, ce chiffre pourrait tripler en l’espace d’une trentaine d’années. Si on continue à polluer et qu’on ne s’occupe pas de régénérer les sols, ce chiffre atteindra 90 % en 2050, explique t-elle. Pour dépolluer les sols, il existe plusieurs méthodes dont l’excavation, technique qui consiste à retirer la terre et en remettre une nouvelle. “C’est rapide mais c’est très coûteux et ça peut aussi nuire à un écosystème qui est en place”, confie la jeune femme. 

Avec un appareil qui “fonctionne à fluorescence X”, Manon est capable de révéler la présence de métaux lourds dans les sols. Mais le défi reste difficile. “La notion de pollution, c’est assez facile à comprendre quand on la voit, donc ça va être les sacs plastiques, etc. C’est un petit peu plus difficile à comprendre quand on parle de choses qui sont totalement invisibles.



Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.