A Marseille, le parc national des calanques durcit le ton face à la surfréquentation maritime

"Outre la surfréquentation du plan d'eau et ses impacts sur le milieu marin", la mise en location illégale de navires représente "une concurrence déloyale pour les entreprises de location respectueuses de la réglementation", souligne la direction du parc.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des bateaux naviguent dans les calanques de Marseille (Bouches-du-Rhône), le 9 mai 2020. (LANSARD GILLES / HEMIS.FR / AFP)

Il veut lutter contre la surfréquentation maritime des calanques près de Marseille. Le parc national a rappelé jeudi 29 juillet l'interdiction de ces sites naturels aux navires de location sans autorisation, qui s'exposent à des poursuites pénales en cas de contrôle. "Après un début de saison relativement calme (...) les eaux du parc national des calanques sont de nouveau très fréquentées depuis une dizaine de jours", explique dans un communiqué la direction. Elle met en cause "la présence importante de navires de location sans autorisation".

La direction demande aux touristes de s'assurer avant toute location de bateau que le loueur professionnel possède bien "une vignette verte" certifiant son homologation et, dans le cas d'une location auprès d'un particulier, que ce dernier possède l'accusé de réception de sa déclaration de location auprès du parc national. "Outre la surfréquentation du plan d'eau et ses impacts sur le milieu marin", la mise en location illégale de navires représente "une concurrence déloyale pour les entreprises de location respectueuses de la réglementation", souligne la direction du parc. Par ailleurs, la location de particuliers à particuliers supprime "la plus-value d'un discours de sensibilisation par un professionnel de la mer sur les enjeux de sécurité et de préservation du site", fait-elle valoir, évoquant un encouragement aux "mauvaises pratiques : excès de vitesse, diffusion sonore ou mouillage sur les herbiers de Posidonie".

Un renforcement des contrôles

Un renforcement des contrôles des navires par les agents du parc et les services de l'Etat sera mené durant tout l'été, conformément aux priorités fixées par le parquet de Marseille. "Les navires en infraction sont systématiquement contraints de quitter immédiatement le parc" et "leurs propriétaires, comme leur pilote, s'exposent à des poursuites pénales", rappelle la direction du parc.

Le délit d'activité commerciale non autorisée est passible "d'une amende pouvant aller jusqu'à 75 000 euros". "Ces dernières semaines, des dizaines de locataires de bateau ont été sommés de quitter le parc national et cinq procédures ont été ouvertes. Les mis en cause seront prochainement traduits devant le tribunal de Marseille", affirme la même source.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.