Cet article date de plus d'onze ans.

En Syrie, les combats s'intensifient à Alep et l'armée poursuit sa contre-offensive à Damas

Les combats entre rebelles et forces syriennes se sont concentrés à Alep. Ces dernières poursuivent leur contre-offensive dans cette ville, ainsi que dans la capitale, Damas. Dans le même temps, Washington exhorte le régime syrien et l'opposition à œuvrer à une transition.
Article rédigé par Baptiste Schweitzer
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Franceinfo (Franceinfo)

Selon les opposants, des milliers de soldats de l'armée
syrienne ont quitté mardi un plateau stratégique situé dans le nord-ouest du
pays pour rejoindre Alep. La grande ville du nord est menacée par la rébellion.

C'est dans cette ville d'Alep, la deuxième du pays, que
les combats se sont intensifiés aujourd'hui
. Les quartiers rebelles ont été
mitraillés par les hélicoptères. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme
(OSDH), une ONG, les habitants quittent massivement plusieurs quartiers de la
ville en proie aux combats.

En parallèle, les forces du régime de Bachar al-Assad ont
également repris lors d'une contre-offensive
 le contrôle de deux quartiers de
Damas, Qadam et Aassali. Selon plusieurs observateurs, les forces régulières
ont mis le feu à des dizaines d'habitations. D'autres opérations militaires se
poursuivent dans la région de Homs. Plus de 80 personnes auraient été tuées en
Syrie mardi.

L'appel des Etats-Unis à la transition

Les Etats-Unis
ont une fois de plus demandé à Bachar al-Assad et à la rébellion d'œuvre à une
transition du pouvoir en Syrie. Washington s'est également engagé à accélérer
son soutien à l'opposition, tout en mettant les rebelles en garde. La secrétaire
d'État, Hillary Clinton a appelé la rébellion à "commencer à oeuvrer à un
gouvernement intérimaire"
.

Selon
elle, les rebelles "doivent s'engager à protéger les droits
de tous les Syriens, de tous les groupes syriens. Ils doivent sécuriser les
armes chimiques et bactériologiques détenues par le régime".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.