Cet article date de plus de huit ans.

Égypte : Hosni Moubarak finalement jugé le 14 septembre

Hosni Moubarak s'est présenté ce dimanche matin devant le tribunal au Caire, pour la reprise de son procès en appel, quatre jours après sa libération conditionnelle. L'ancien président égyptien est jugé pour "complicité de meurtres" de manifestants lors de la révolte ayant précédé son départ en 2011. Son procès a été ajourné au 14 septembre prochain.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Mohamed Abd El Ghany Reuters)

Quatre jours seulement après sa libération conditionnelle, qui n'a pas suscité une émotion considérable en Égypte, Hosni Moubarak s'est présenté, assis dans un brancard, derrière les barreaux de la cellule réservée aux accusés dans la salle d'audience du tribunal du Caire.

Contrairement à son procès en première instance, l'ancien président égyptien âgé de 85 ans, contraint au départ en 2011, se présente donc cette fois dans une position d'homme libre. Aux côtés de ses deux fils et de plusieurs anciens responsables de son régime, il doit répondre aux accusations de "complicité de meurtre" et "corruption". Il est notamment accusé d'avoir fait assassiner des centaines de manifestants lors de la révolution qui a abouti à son départ en février 2011.

Mais les débats n'ont pas duré très longtemps, puisque l'audience a été ajournée au 14 septembre prochain.

Le procès d'Hosni Moubarak a repris alors que celui de trois leaders des Frères musulmans a lui commencé ce dimanche, dans un autre tribunal du Caire. Il a été immédiatement ajourné. Ils sont poursuivis pour "incitation au meurtre" dans les troubles ayant précédé la destitution de leur représentant au sommet de l'État, Mohamed Morsi, en juillet dernier.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.