Cet article date de plus de sept ans.

Ebola : état d'urgence au Nigeria, la Côte d'Ivoire en alerte "très élevée"

Alors que l'Organisation mondiale de la santé déclare a qualifié l'épidémie d'"urgence de santé publique de portée mondiale" avec un bilan provisoire de 961 victimes, le président nigérian estime que la lutte contre le virus Ebola est "une urgence nationale". En Côte d'Ivoire, la menace est passée à un niveau "très élevé".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (Evacuation d'une victime du virus Ebola au Liberia le 8 août © Maxppp)

Avec deux victimes, le Nigeria est désormais le quatrième foyer de l'épidémie en Afrique de l'Ouest avec la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone. Pour le moment, le virus Ebola n'y a fait "que" deux victimes (sur un bilan provisoire de 961 morts) et sept cas recensés. Mais Goodluck Jonathan a annoncé une série de mesures pour tenter d'empêcher sa propagation.

"Le contrôle et la maîtrise du virus sont une urgence nationale ", a lancé le président nigérian dans un communiqué publié ce vendredi. Concrètement, il demande aux "groupes politiques et religieux, aux familles, associations et autres organisations " de "décourager les rassemblements et activités qui entraîneraient un contact rapproché avec des personnes infectées et seraient un facteur de risque ".

A lire aussi ►►► L'OMS décrète une "urgence de santé publique de portée mondiale"

Parmi les mesures annoncées par Abuja : l'arrêt immédiat de transports de cadavres de personnes infectées, la mise en place de nouveaux centres de mise en quarantaine, l'inventaire de personnes susceptibles d'avoir approché un malade et le contrôle aux frontières. Ce vendredi, les autorités nigérianes ont décidé de fermer les portes d'un hôpital après avoir découvert qu'un patient a pu être en contact avec le virus Ebola.

Signe de l'inquiétude internationale autour de la propagation du virus au Nigeria, les Etats-Unis ont annoncé ce vendredi l'envoi de personnel et de matériel supplémentaire. "Nous commençons à renforcer notre personnel à Lagos ", indique Tom Skinner, porte-parole des Centres fédéraux de contrôle et de prévention des maladies (CDC). "Nous sommes très inquiets au sujet de Lagos et du risque de contagion, étant donné que Lagos --et le Nigeria-- n'ont jamais connu l'Ebola ".

Risque élevé à très élevé en Côte d'Ivoire

L'inquiétude gagne également la Côte d'Ivoire, pays voisin du Liberia et de la Guinée, ou des centaines de personnes sont mortes du virus. "La menace est passée d'un stade élevé à très élevé. Le risque que la maladie se propage chez nous est réel et même extrêmement élevé ", s'alarme le chef du service épidémiologique de l'Institut d'hygiène d'Abidjan.

Pour limiter les risques de contamination, les autorités ont mis en place un système de contrôle à l'aéroport d'Abidjan. Les passagers en provenance des pays touchés sont systématiquement contrôlés. Par ailleurs "des comités d'éveil et de surveillance Ebola " ont été mis en place "dans les quartiers et les villages ". Il s'agit notamment de sensibiliser les habitants sur l'hygiène et de déconseiller de manger de la viande de brousse, suspectée d'être à l'origine de l'épidémie.

A lire aussi ►►► Les pays touchés établissent un cordon sanitaire

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.