Cet article date de plus de six ans.

Ebola en Sierra Leone : la population va être confinée pendant trois jours

Le gouvernement sierra-léonais a annoncé samedi que la population serait confinée à domicile du 19 au 21 septembre pour détecter plus facilement les cas de fièvre hémorragique Ebola.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Une malade atteinte d'Ebola en Sierra Leone © REUTERS / Jo Dunlop)

C'est une mesure extrême qu'annonce le gouvernement de Sierra Leone samedi, pour tenter de maîtriser l'épidémie d'Ebola. La population va être confinée à domicile du 19 au 21 septembre. La Sierra Leone figure parmi les trois pays les plus touchés par l'épidémie, avec la Guinée et le Liberia. 491 personnes y sont mortes de cette maladie.

"Le confinement signifie que personne, encore moins un véhicule à l'exception de ceux qui sont essentiels pour le service, ne sera autorisé à circuler. La mesure s'appliquera à tout le monde ", a affirmé le porte-parole du gouvernement, Abdulai Barratay. "Ainsi, le personnel de santé et celui des organisations non gouvernementales feront du porte-à-porte pour détecter des cas probables de maladie d'Ebola cachés par leurs parents dans les maisons ", a-t-il ajouté.

Les explications du porte-parole du gouvernement Alpha Kanu
--'--
--'--

Plus de 2.000 morts en Afrique de l'Ouest

"La mesure sera soutenue par l'arrivée de plusieurs ambulances et quelque 30 véhicules utilitaires. C'est une opération que nous allons organiser périodiquement jusqu'à ce que la maladie d'Ebola soit vaincue ", a-t-il poursuivi. Le conseiller à la présidence précise que 21.000 personnes seront recrutées pour mettre en application le confinement. Plusieurs milliers de policiers et de militaires sont déjà déployés pour faire respecter la mise en quarantaine des communes dans les régions les plus touchées de Sierra Leone près de la frontière avec la Guinée.

Au total, quelque 2.100 décès ont été recensés depuis mars dans les pays principalement touchés en Afrique de l'Ouest.

A LIRE AUSSI | De notre envoyé spécial

►►► Conakry, la crainte et les doutes face à Ebola

►►► Ebola : dans un centre de soins en Guinée, “trop de chaleur, trop de stress"

►►► Ebola : une équipe sanitaire attaquée en Guinée

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.