Cet article date de plus d'onze ans.

EADS va présenter une offre pour le contrat des avions ravitailleurs avec des sous-traitants américains

Le groupe européen d'aéronautique et de défense travaille à la mise en place de son équipe de sous-traitants, des entreprises avec lesquelles le groupe travaille déjà aux Etats-Unis, notamment General Electric ou Honeywell, entre autres.Bryan Whitman, porte-parole du Pentagone, a salué la décision d'EADS.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le groupe européen de défense et d'aéronautique EADS. (France 2)

Le groupe européen d'aéronautique et de défense travaille à la mise en place de son équipe de sous-traitants, des entreprises avec lesquelles le groupe travaille déjà aux Etats-Unis, notamment General Electric ou Honeywell, entre autres.

Bryan Whitman, porte-parole du Pentagone, a salué la décision d'EADS.

Le Pentagone a affirmé dans un communiqué avoir "toujours soutenu la concurrence" et a promis de conduire un processus d'acquisition juste, ouvert et transparent", dans "l'intérêt de nos combattants et des contribuables américains".

Les dirigeants d'EADS ont insisté sur le fait que le KC-45 est un avion qui a déjà fait ses preuves et qui "totalise à ce jour 28 commandes de quatre pays alliés des Etats-Unis": l'Australie, le Royaume-Uni, l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis.

"Il ne fait aucun doute que nous avons le meilleur avion ravitailleur au monde" et "nous avons l'intention de gagner", a conclu Ralph Crosby, président d'EADS North America.

EADS réfléchissait depuis plusieurs semaines à l'éventualité de présenter une nouvelle proposition alors que son partenaire américain Northrop Grumman avait décidé, début mars, de se retirer de la course, laissant Boeing seul en lice.

Le tandem EADS-Northrop avait remporté le précédent appel d'offres pour le renouvellement des avions ravitailleurs de l'US Air Forcedébut 2008 avant que Boeing ne parvienne à faire invalider le résultat en contestant plusieurs points de procédure.

La participation du groupe européen à un appel d'offres militaire américain devrait déclencher une nouvelle polémique liée à l'emploi et à la localisation des compétences alors que des élections législatives sont prévues à l'automne aux Etats-Unis.

Ralph Crosby a souligné qu'EADS allait construire les ravitailleurs sur le sol américain, assurant que, en cas d'obtention du contrat, des dizaines de milliers d'emplois seraient créés.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.